Octobre Rose : quatre femmes, qui ont affronté le cancer, témoignent aux Thermes de la Roche-Posay

Octobre Rose aux Thermes de la Roche-Posay (86)
Reportage de François Gibert, Thomas Chapuzot et Josiane Etienne

Dans le cadre d'Octobre Rose, les Thermes de la Roche-Posay dans la Vienne ont accueilli quatre jeunes femmes qui ont choisi de témoigner et de faire partager leur combat contre le cancer à travers des blogs. 

Par Christine Hinckel

Julie, Charlotte, Lili et Laure sont venues pour partager avec les curistes leur expérience de pendant et d'après la maladie. Un témoignage important quand on sait qu'un tiers des patients pris en charge à La Roche-Posay vient se soigner des suites d'un cancer, pour améliorer la cicatrisation après les opérations, calmer les douleurs et aussi prendre le temps de s'occuper de soi, de renouer avec son corps qui a été meurtri.

Chacune de ces quatre bloggeuses a réagi différemment mais toutes ont trouvé le réconfort dans le partage d'expérience.
Charlotte, une trentenaire qui a combattu un cancer de l'ovaire, a choisi de développer une gamme de produits de beauté sur son site, mister-k-fighting-kit.com . "Car la beauté n'est pas futile quand on est malade. Regagner un peu d'estime de soi, c'est très important" nous confie-t-elle.
Lili, graphiste a été touchée par le cancer à 29 ans. Elle a alors décidé d'affronter la maladie "avec humour et en couleur" et s'est lancée dans l'écriture d'une série "La guerre des tétons" dont le tome 3 va sortir en librairie et d'un blog Tchao Günther
Laure, touchée par un cancer du sein à 39 ans, a developpé un réseau social dédié aux patientes et à leurs proches, monreseau-cancerdusein.com. Il permet de partager les informations sur les traitements. 
A 28 ans, Julie, est suivie pour un cancer du sein. Elle a créé des ateliers et un site consacré aux turbans, feminityandjy.tumblr.com, essentiels pour se sentir belle quand les cheveux tombent à cause des traitements. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus