1,2 million d'euros de financement participatif en quelques jours pour le méthaniseur d'Ingrandes-sur-Vienne

Porté par des agriculteurs associés, le projet d'usine de méthanisation d'Ingrandes près de Châtellerault (Vienne) semble convaincre des citoyens prêts à investir dans les énergies renouvelables.

C'est ce qu'on appelle un afflux massif. En à peine quelques jours, des agriculteurs associés ont réuni plus d'un million d'euros pour leur usine de méthanisation qui devrait sortir de terre sur un terrain de trois hectares à Ingrandes-sur-Vienne dans le pays châtelleraudais (Vienne). 

Pour financer ce projet estimé au total à 5,6 millions d'euros, Olivier et Antoine Maréchaux ont fait appel au site Lendosphère. Cette plateforme spécialisée dans les énergies renouvelables permet à des citoyens d'investir directement dans les projets écologiques avec un placement de 5,5% sur quatre ans. Le 17 juillet, la cagnotte indiquait 1.231 700 € collectés, soit la moitié de l'objectif du premier palier fixé à 2,225 millions. 

"Il y aura une deuxième phase en fin d'année pour le même montant pour pouvoir finir les travaux" explique Olivier Maréchaux, le président de la SAS Maréchaux Énergie.  Le reste du financement sera completé par des subventions de l'ADEME et du FEDER à hauteur de 740.000 €. L'agglomération de Châtellerault, qui devait à l'origine apporter sa caution, a débloqué une enveloppe de 40.000 €. 

Du gaz vert local 

Les deux frères agriculteurs et leur associé se sont lancés dans ce projet il y a trois ans. "Ce qui nous intéresse, c'est de diminuer considérablement la part d'engrais chimiques dans notre exploitation" détaille Olivier Maréchaux. Les couverts végétaux mis en place entre deux cultures alimentaires (CIVE) ainsi que les déchets organiques collectés à proximité alimenteront l'usine qui les transformera en biométhane. La volonté affichée est de faire "du gaz vert local jusqu'au bout."

Les porteurs de ce projet comptent achever les travaux dans un an et débuter l'exploitation à l'été 2022 : "À cette date, on espère pouvoir injecter du gaz dans le réseau de gaz de ville" indique Gaël Arigault. Il sera utilisé pour alimenter les particuliers comme les entreprises. 

En Nouvelle-Aquitaine, l'agence régionale d'évalution environnement et climat a recensé 110  unités de valorisation du biogaz  au 11 juin 2021 (consulter la carte ICI).