Collision mortelle sur l'A10 : les premiers éléments de l'enquête

Les gendarmes de la compagnie de Châtellerault ont procédé aux premières constatations. La piste d'un problème technique est pour l'instant priviligiée par les enquêteurs : l'éclatement du pneu avant-gauche du camion serait à l'origine du drame.

Vingt-quatre heures après le drame, les enquêteurs tentent de découvrir les circonstances de l'accident survenu sur l'A10 à hauteur de Biard, ce lundi. Une première piste se dessine après les premières constatations : le chauffeur pourrait avoir perdu le contrôle de son véhicule après l'éclatement du pneu avant-gauche. Le camion se serait alors brutalement déporté sur la gauche, aurait défoncé les glissières de sécurité avant de s'encastrer dans la Peugeot 207 blanche.

Si tel est le cas, plusieurs questions vont devoir être élucidées par les gendarmes de Châtellerault pour établir les responsabilités dans cet accident. Le camion avait-il fait l'objet d'un contrôle technique récemment ? Le pneu était-il neuf ou avait-il été rechapé ? Le rechapage consiste à remplacer la bande de roulement d'un pneu usagé. Cette pratique, très économique, reprèsente près de la moitié du marché de la vente de pneumatiques. 

Reste également la piste de la faute humaine. Mais pour l'heure rien n'indique que le conducteur du camion soit en cause : blessé à la clavicule, il n'a pas pu être entendu par les enquêteurs pour le moment. Les examens toxicologiques donneront leurs résultats d'ici dix à quinze jours.