Congrès : quelle motion les élus PS de la région ont-ils choisie ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jérôme Vilain et Christine Hinckel
© Dominique Laveau. France 3

La première étape du Congrès du Parti Socialiste qui va se tenir les 5, 6 et 7 juin à Poitiers a lieu ce jeudi soir. Dans chaque fédération, les militants socialistes sont appelés à voter pour choisir leur motion en vue du congrès. Quatre textes se disputent les suffrages des militants.

Les deux motions qui vont arriver en tête vont se qualifier pour le second tour qui aura lieu dans une semaine, le 28 mai. Les militants choisiront alors le prochain premier secrétaire du parti.
Chacune des quatre motions est représentée par un premier signataire qui est candidat pour être à la tête du PS. 
La motion retenue et le premier secrétaire choisi par les militants devront être validés lors du congrès de Poitiers.
Les élus et personnalités socialistes de la région se sont prononcés en très grande majorité pour les deux premières motions.


La Motion A 

La motion A, intitulé "Le renouveau socialiste" est soutenue par le gouvernement et représentée par le premier secrétaire actuel, Jean-Christophe Cambadélis ainsi que par les principaux élus et personnalités de la région.
Dans la Vienne, on trouve le député-maire de Poitiers Alain Claeys. Y figurent également les députés Catherine Coutelle et Jean-Michel Clément ainsi que le premier fédéral Benoît Tirand.
En Charente, la députée Hollandiste Martine Pinville, et les sénateurs Nicole Bonnefoy et Michel Boutant.
Dans les Deux-Sèvres, le député Jean Grellier.
En Charente-Maritime, la députée Catherine Quéré et le premier secrétaire fédéral, Mickael Vallet.
Jean-François Macaire, président de région, s'est aussi rallié à cette motion soutenue par Ségolène Royal.


La motion B

La motion B, "A gauche pour gagner " est celle des frondeurs et de l'aile gauche du parti menée par Christian Paul. Elle a été signée par le maire de Cognac Michel Gourinchas ainsi que par le premier secrétaire fédéral de Charente, Jonathan Muños. Un autre patron de fédération s'est rallié à cette motion, celle de ceux qui demandent in infléchissement à gauche. Il s'agit de Rodolphe Challet, patron de la fédération des Deux-Sèvres. Dans la Vienne, la motion B a été signée par l'adjointe au maire de Poitiers, Anne Gérard.
En Charente-Maritime, l'ancienne candidate aux municipales de la Rochelle, Anne-laure Jaumouillié et la députée Suzanne Tallard ont choisi le camp des frondeurs.

Aucune personnalité ne s'est prononcé pour la motion C, "Osons un nouveau pacte citoyen et militant".


La Motion D

La motion D, baptisée "La Fabrique", est menée par Karine Berger, députée des Hautes-Alpes. Elle veut réussir à faire l'union du parti pour l'emporter en 2017 et refuse "le jeu des courants" et l'affrontement entre gouvernement et frondeurs.
Pas de parlementaires parmi les signataires régionaux de cette motion souhaitant le rassemblement. On y retrouve la confolentaise Madeleine Ngombet, vice-présidente à la région ainsi que la châtelleraudaise Claudie Diakhaté ou encore le leader de l'opposition municipale à Chauvigny, Eric Puisais.


Delphine Batho, une position à part

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et ancienne ministre, quand à elle, a décidé de se tenir éloignée du jeu des motions ne prenant parti pour aucune. Elle affirme ne pas vouloir prendre part "à ce jeu de posture". Pour elle, "le vrai congrès sur l'exercice du pouvoir, ce sera la primaire" nous a-t-elle indiqué.





En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.