Coronavirus. Le confinement vu de l'intérieur de la prison de Poitiers-Vivonne

 Au centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne, des mesures sanitaires ont été mises en place pour éviter de laisser le Covid-19 s'infiltrer en détention. A ce jour aucun cas de coronavirus n'a été détecté.

 

Seules les urgences sont prises en charge, les soignants doivent gérer des situations de stress liées au confinement.
Seules les urgences sont prises en charge, les soignants doivent gérer des situations de stress liées au confinement. © FTV
En Nouvelle-Aquitaine, aucun cas de COVID-19 n'a été identifié à ce jour, au sein des 20 établissements pénitentiaires de la région. Les 4560 détenus incarcérés sont soumis à des règles sanitaires pour éviter que le virus ne se propage derrière les murs de la détention.
L'une de nos équipes a réalisé un reportage à l'intérieur du centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne en ce 23e jour de confinement. 
Près de 700 détenus sont incarcérés à Poitiers-Vivonne.
Près de 700 détenus sont incarcérés à Poitiers-Vivonne. © FTV
En cette période de confinement, l'ambiance est forcément très différente dans ce centre pénitentiaire situé près de Poitiers. Des mesures de prévention sont imposées par l'administration pour tenter de protéger cette population particulièrement exposée en cette période de pandémie. Chaque nouvel arrivant est placé en observation pendant quatorze jours afin de s'assurer qu'il n'est pas porteur du virus. Un cadre de santé prend quotidiennement leur température, matin et soir. Le port du masque est obligatoire pour chaque nouvel arrivant, comme en témoigne Stéphane

Ce qui me manque le plus, c'est l'école, l'ergothérapie, c'est dur mais j'ai de la lecture,
-Stéphane, détenu.

Pour éviter toute intrusion du virus, les vacations des intervenants extérieurs ont été suspendues, les surveillants comme l'ensemble du personnel médical, au contact des détenus, portent des masques.
Les surveillants portent des masques.
Les surveillants portent des masques. © FTV

Je pense qu'ils le vivent plutôt bien et le fait de nous voir dans la même situation qu'eux, permet de dédramatiser les choses,
-Nicolas, surveillant au quartier arrivant de Poitiers-Vivonne.

Près de 700 détenus sont incarcérés au centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne. Certains vivent à plusieurs par cellule. Dans ce contexte, il y a une certaine promiscuité, c’est donc pour cela que le nombre de prisonniers autorisés par sortie dans la cour de promenade a été divisé par deux. Les deux promenades quotidiennes sont maintenues.

Nous on sait qu'on est à l'intérieur, on n'a pas de contacts avec l'extérieur, le virus ne peut pas venir de nous, 
-Zohair, détenu

On essaie de garder les distances mais en prison, on est collé, ce n'est pas facile, on attend que ça passe car pour l'instant, on ne voit pas nos familles au parloir,
-Joseph, détenu
 

Des situations de stress liées au confinement

Sur le plan médical, seules les urgences sont prises en charge, les consultations de kinésithérapeutes ou d'opticiens ont été annulées. "On a surtout réfléchi à des procédures en terme de prévention de façon à pouvoir limiter au maximum la propagation dans un lieu déjà très confiné. Le virus peut venir de l'extérieur et ce danger est omniprésent," avertit Jacques Cheminet, médecin responsable de l'Unité Sanitaire.

Pour l'instant, il n'y a aucun cas, il y a eu quelques suspicions. Au moindre doute, on teste les patients très vite, il y a eu cinq ou six prélèvements et on est pleinement rassuré. Pour l'instant, je peux vous dire qu'il n'y a d'ailleurs aucun cas en détention en Nouvelle-Aquitaine,
-Jacques Cheminet, médecin coordinateur en soins somatiques.

Au quotidien, les soignants doivent gérer des situations de stress liées au confinement.

On essaie de les aider en évitant au maximum les thérapeutiques parce qu'on est pas là pour donner des médicaments à tout le monde, au contraire, ça peut se faire par le biais de la parole,
-Laëtitia Alfonso, médecin psychiatre.

Les détenus doivent respecter les règles sanitaires pendant la pandémie.
Les détenus doivent respecter les règles sanitaires pendant la pandémie. © FTV

Dans cette prison, toutes les urgences sont assurées mais pour les médecins, habitués à gérer des crises en milieu confiné, cette pandémie nécessite une réelle vigilance.

On a traversé quelques crises, on a déjà été confronté à une épidémie de rougeole au sein du bâtiment mais on a pu mettre en place des campagnes de vaccination, ce qui n'est pas le cas pour le Covid-19,
-Jacques Cheminet, médecin coordinateur en soins somatiques.

Depuis la suspension des parloirs, l'administration a par ailleurs constaté une augmentation des tentatives d'envoi de drogue ou de téléphones jetés par-dessus les murs en direction de la cour de promenade. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations, des poursuites ont été engagées à l'encontre des auteurs de ces tentatives.
Le reportage d'Antoine Morel, Stéphane Bourin et Thierry Cormerais.
Coronavirus : sécurite sanitaire et confinement à la prison de Vivonne




 
Des transferts en période de confinement
14 détenus du centre de détention d’Uzerche en Corrèze ont été transférés au centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne suite à un mouvement de détenus qui s'est déroulé ce dimanche 22 mars. Quelques détenus avaient refusé de regagner leur cellule et avaient brûlé des matelas.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société prison justice