Coronavirus : la double peine pour les plus démunis, à Poitiers comme ailleurs

Les associations d'aide aux plus démunis vont devoir restreindre leurs distributions, aller moins à la rencontre des autres, en raison des nouvelles mesures de confinement applicables depuis ce mardi 17 mars à 12h. Nous sommes allés au centre de distribution du Secours Populaire à Poitiers.
Les bénévoles Secours Populaire à Poitiers
Les bénévoles Secours Populaire à Poitiers © Florent Loiseau - France Télévisions
Quartier des Couronneries à Poitiers. "C’est très compliqué ici" : le responsable du Secours Populaire de la Vienne, Nicolas Xuereb, n’avait qu’une poignée de bénévoles avec lui ce mardi matin avant le confinement décrété à midi. "Nos bénévoles sont bien souvent âgés et donc cloîtrés chez eux".
 
La distribution de jeudi ne se fera pas : "impossible à organiser, il y a 500 personnes ici en plus des bénévoles."
Le directeur rappelle donc aux bénéficiaires qu’un colis d’urgence pourra être préparé. "Nous leur dirons à quelle heure ils peuvent venir le prendre sur le pas de la porte."
Les sites de Châtellerault et Loudun vont également faire cette distribution d’urgence mais les locaux de Naintré, Civray, Montmorillon  et Chauvigny eux sont purement et simplement fermés.
 
Il y a plus de 8000 bénéficiaires du Secours Populaire dans la Vienne. "C'est la double peine pour eux. Ils vont avoir du mal à s’approvisionner, même chez nous. Nous n’aurons que du sec, des pâtes ou des conserves par exemple. Bien souvent, il y a des personnes isolées et nous leur apportons du lien et de quoi tenir humainement."
 
Être plus proches et plus solidaires, tout l’inverse du confinement.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société humanitaire international monde solidarité