Crise du Coronavirus : quelles solutions pour les petites entreprises ? Exemples dans la Vienne


Depuis le début de la crise sanitaire, les très petites entreprises sont touchées de plein fouet par les fermetures de leurs sites. Un fonds de solidarité et des prêts bancaires garantis par l'État leurs sont ouverts depuis le 1er avril.

Depuis la mise en place du confinement, beaucoup d'entreprises sont à l'arrêt
Depuis la mise en place du confinement, beaucoup d'entreprises sont à l'arrêt © Stéphane Bourin, France télévisions

Il y a trois semaines, on était heureux de notre petite entreprise et de l'horizon qui se profilait. Aujourd'hui, c'est vraiment, vraiment plus compliqué.
- Carole Graux, co-gérante Entreprise Mesci à Neuville-de-Poitou

Carole Graux résume bien sa situation. Avant le confinement, son entreprise de six salariés, spécialisée dans la métallerie à Neuville-de-Poitou tournait bien. Et puis du jour au lendemain, comme des milliers d'autres, elle a dû s'arrêter. Et aujourd'hui, même si des délais ont été accordés pour le paiement des factures, l'incertitude est grande. Alors comme d'autres, Carole Graux a demandé le fonds de solidarité accessible aux entreprises de moins de 11 salariés. Elle va bénéficier des 1 500 euros. Mais elle a aussi souscrit un emprunt.

 J'ai fait une demande de prêt de 100 000 euros à la banque pour avoir un peu de trésorerie, j'attends.
- Carole Graux.
 

L'entreprise de métallerie est à l'arrêt
L'entreprise de métallerie est à l'arrêt © Stéphane Bourin, France Télévisions

L'entreprise de métallerie à l'arrêt / © Stéphane Bourin, France Télévisions

Pour Florent Dubois, gérant du restaurant "La Mangeoire" à Poitiers, les choses ont été très brutales.

On a appris le samedi soir que le restaurant fermait le samedi soir. Pour une durée indéterminée.
 - Florent Dubois, restaurateur.

Depuis, rien n'a bougé, le restaurateur et ses salariés se sont partagés la nourriture des frigos et chacun est rentré se confiner.  

 La seule chose pour s'en sortir, c'est la trésorerie, et pour ceux qui n'en ont pas, il faut l'aide de la banque.
- Florent Dubois, restaurateur.

Lui aussi réfléchit à un emprunt, à la banque. Il a estimé ses pertes à 30 000 euros par mois, alors pour l'instant, il repousse ses charges fixes et attend de voir comment évolue la situation.

Le ministère de l'Économie et des Finances a accordé des délais de paiements, des remises d'impôts, des reports des loyers et des charges, ainsi que des dispositifs de chômage partiel. Mais pour les chefs d'entreprise, tant que dure le confinement, il n'y a pas beaucoup de visibilité.

On aimerait vieillir de six mois et voir ce que ça donne, ce que donne la conjoncture de l'année prochaine.
- Carole Graux.

Retrouvez toutes les infos pour bénéficier du fonds de solidarité aux entreprises ainsi que la page du ministère de l'Economie qui reprend l'ensemble des mesures de soutien aux entreprises.

Reportage de Freddy Vetault, Stéphane Bourin et Philippe Ritaine :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société entreprises économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter