En immersion dans une classe de maternelle avec Josette, la marionnette qui fait aimer les mathématiques aux écoliers

durée de la vidéo : 00h01mn43s
Un collectif de 15 conseillers pédagogiques de la Vienne a créé le dispositif Math-hebdo qui mêle outils innovants et une mascotte pour faire comprendre l’algèbre, Josette. Nous l'avons suivie dans une classe de grande section de maternelle à Neuville-de-Poitou, près de Poitiers. ©France télévisions

Pas toujours facile d'intéresser les enfants aux mathématiques. Voilà pourquoi 15 conseillers pédagogiques de la Vienne ont créé Math-hebdo. Un dispositif qui mêle les outils innovants et une mascotte de lézard pour faire comprendre l’algèbre. Cette marionnette s'appelle Josette.

Ce cours de maths à l’école maternelle de Neuville-de-Poitou, dans la Vienne, pourrait ressembler à n’importe quel autre, sauf que, ici, c’est une marionnette qui dispense le savoir.

Josette est la mascotte de la classe et les enfants sont séduits. Bien sûr, Josette complète les cours de la « vraie » professeure, Laurence Hamon.

Ça leur permet de faire des mathématiques sans qu’ils s’en rendent compte parce que tout est ludique.

Laurence Hamon

Professeure des écoles

Voilà un an qu’elle agrémente ces cours une fois par semaine avec cette marionnette et les vidéos animées par Josette : « C’est un personnage auquel les enfants se sont attachés. Ils savent que chaque semaine, on a notre séance avec Josette. Ça leur permet de faire des mathématiques sans qu’ils s’en rendent compte en fait parce que tout est ludique. C’est l’assistante idéale. »

Laurence Hamon n’est pas la seule autour de Josette. Rémi Tournier, conseiller pédagogique numérique, mathématiques et sciences, prête sa voix à Josette pour les vidéos.

Il prépare aussi ce support vidéo chez lui, après son travail. Mais Rémi Tournier n’est pas tout seul pour ce projet éducatif innovant : « Sur la maternelle, nous travaillons à trois avec mes collègues et on se répartit les tâches. On décide qui va faire quel problème. »

Josette n’assiste pas les enseignants qu’à Neuville-de-Poitou. Elle se déplace dans d’autres classes en France et même à l’étranger.