Huit patients covid transférés en Nouvelle-Aquitaine, dont deux au CHU de Poitiers

La région Nouvelle-Aquitaine, dont les services de réanimation ne sont pas saturés, va accueillir huit patients Covid en provenance de la Loire et du Rhône. Deux malades viennent d'arriver au CHU de Poitiers.

Deux patients Covid sont arrivés en avion à Poitiers
Deux patients Covid sont arrivés en avion à Poitiers © Henri Delelis-Fanien - SAMU de Poitiers
Comme ce fût le cas au plus fort de la crise sanitaire au printemps, des patients Covid ont été transférés en Nouvelle-Aquitaine pour soulager les services de réanimation des régions les plus touchées.

C'est ainsi que quatre personnes ont été tranférées de Saint-Étienne à Bordeaux, deux ont quitté Lyon et Villeurbanne pour être hopitalisées à Brive et deux autres enfin sont depuis la mi-journée ce vendredi dans le service de réanimation du CHU de Poitiers.
Deux patients Covid arrivent à Poitiers
Deux patients Covid arrivent à Poitiers © Henri Delelis-Fanien - SAMU de Poitiers
Il s'agit de deux hommes âgés de 69 et 71 ans qui sont dans le coma et intubés.
 

Les services de réanimation avaient les disponibilités suffisantes


Le choix des hopitaux susceptibles d'accueillir des patients a bien sûr été fait en fonction de leurs disponibilités et en conservant aussi des places de réanimation si la situation santaire venait à s'aggraver dans la région.
Ainsi à Poitiers, le service de réanimation accueillait trois patients Covid, ils sont donc cinq désormais.
En revanche c'est dans le service de médecine qu'il y a le plus d'entrées en ce moment, on y compte une vingtaine de malades du Covid. Le CHU de Poitiers précise qu'aucune opération ou hospitalisation n'a été déprogrammée comme c'était le cas en revanche au printemps. On ne sait pas si d'autres patients extérieurs à la région seront à nouveau transférés dans les prochains jours, tout dépend de l'évolution de la situation.

Pour rappel, pendant le confinement, le CHU de Poitiers avait accueillis 30 malades en provenance d'autres régions.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société solidarité