La marche des fiertés retrouve Poitiers après deux ans de pandémie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

Annulée à cause du Covid-19 en 2020, puis contrainte par les consignes sanitaires l'an dernier, la marche des fiertés a fait son grand retour à Poitiers ce samedi après-midi.

C'est un rendez-vous qui avait manqué depuis le début de la crise sanitaire, la marche des fiertés a fait son retour à Poitiers. Organisée par le centre LGBTI du Poitou, cette marche a toujours lieu après le 17 mai date de la journée de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Marche des fiertés homosexuelles, elle a surtout valeur revendicative. Car même si la cause homosexuelle ou transsexuelle a connu quelques avancées ces dernières années avec par exemple l'interdiction des thérapies de conversion ou l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, il reste de nombreux problèmes pour cette communauté.

Celui de l'accompagnement des personnes en transition en est un. Un examen psychiatrique est par exemple requis pour entamer un changement de sexe, les associations voudraient qu'il ne soit plus une obligation. c'est ce qu'explique Nixie, rencontrée dans la manifestation. Cette jeune femme se présente comme " pansexuelle et gender fluid, ce qui signifie que j'aime tout le monde et que je peux me sentir de toutes les identités de genre qui existent." Pour elle, l'urgence est de faciliter les transitions de genre pour ceux qui le désirent.

Il faut lutter pour pouvoir changer de genre sans passer par la psychiatrie ou les attestations des proches.

Nixie, participante à la marche des fiertés

   Cette période de transition est une phase critique qui expose souvent les personnes qui la traversent au harcèlement, aux insultes. Les jeunes adolescent trans qui se suicident sont 7 fois plus nombreux que les jeunes non trans. Les homosexuels ou les bisexuels sont aussi 3 fois plus touchés par le suicide. C'est l'un des messages de cette marche ouverte aux hétérosexuels, la tolérance, la bienveillance à l'égard des personnes LGBT comme le confie Assia 

Depuis des années, on se bat pour le droit a respect. On est des personnes normales.

Assia, participante à la marche des fiertés

nvdhdshshv