La Vienne expérimentera les "territoires numériques éducatifs", annonce Jean Castex

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Poitou-Charentes (avec AFP)
 Le Premier ministre, Jean Castex, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal jouent avec un enfant dans les locaux de Canopée a Chasseneuil du Poitou, vendredi 8 octobre 2021, pour un déplacement sur le thème du numérique.
Le Premier ministre, Jean Castex, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal jouent avec un enfant dans les locaux de Canopée a Chasseneuil du Poitou, vendredi 8 octobre 2021, pour un déplacement sur le thème du numérique. © Mathieu Herduin - PhotoPQR- La Nouvelle République - MAXPPP

Le Premier ministre, Jean Castex, s'est rendu, ce vendredi, à Poitiers pour annoncer l'extension des "territoires numériques éducatifs" à dix nouveaux départements. Cette expérimentation, déjà à l'œuvre dans le Val d'Oise et et l'Aisne vise à réduire la "fracture numérique".

"Les crises jettent une lumière, parfois crue, à la fois sur nos atoûts et nos défaillances", a admis le Premier ministre, Jean Castex, au pupitre dressé dans l'université de Poitiers, sur le site de Chasseneuil-du-Poitou. En référence aux multiples confinements, le chef du gouvernement a reconnu qu'un "certain nombre de dysfonctionnements" étaient apparus "lorsque l'on a été contraint de passer en distanciel".

Mais "ces dysfonctionnements", "évidemment regrettables", Jean Castex assure que "nous en avons analysé l'origine, disséquer les causes et nous sommes en train de mettre en œuvre les moyens d'y remédier".

C'est dans cette logique que doit s'inscrire l'annonce de ce matin. Le gouvernement va étendre à dix nouveaux départements, soit 1,3 millions d'élèves, l'expérimentation des "territoires numériques éducatifs". Ce plan comprend l'équipement en matériel, la formation des enseignants et l'intégration des parents d'élèves dans le dispositif.

La Vienne testera ce nouveau dispositif

Le dispositif est porteur de progrès, des choses extrêmement concrètes pour réduire cette fracture numérique et accroître la continuité pédagogique. 

Jean Castex, Premier ministre

Les Bouches-du-Rhône, le Cher, la Corse-du-Sud, le Doubs, le Finistère, la Guadeloupe, l'Hérault, l'Isère, la Vienne et les Vosges participeront à cette expérimentation, après des résultats jugés satisfaisants dans l'Aisne et le Val-de-Marne depuis la rentrée 2020.

"Ce qu'on a vu sur ces territoires numériques éducatifs, c'est combien c'est porteur de progrès, des choses extrêmement concrètes pour réduire cette fracture numérique et accroître la continuité pédagogique", a expliqué le chef du gouvernement. "On peut parfaitement assumer vouloir développer les usages du numérique au service du projet pédagogique et des enfants et, parallèlement, limiter l'addiction aux écrans", a-t-il encore estimé.

110 millions d'euros débloqués pour le numérique à l'université

Il a également profité de ce déplacement pour annoncer une enveloppe de 110 millions d'euros, dédiée au développement de ces "territoires numériques éducatifs" dans les universités. Seize facultés ont été retenues, dont celles de Poitiers et La Rochelle.

"Évidemment, il y a des enjeux pédagogiques, il y a des enjeux numériques, il y a évidemment aussi des enjeux industriels: c'est aussi l'un des objectifs du plan de relance, favoriser l'innovation et la réindustrialisation de notre pays", a encore souligné Jean Castex Castex.

Le Premier ministre a vanté la "cohérence" de l'action gouvernementale, "un virage numérique", visant à "s'emparer de toutes ses opportunités qui sont devant nous".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.