Les urgences du CHU de Poitiers en grève illimitée

Excédés par un été compliqué, les aides-soignants et infirmiers des urgences du CHU de Poitiers sont en grève illimitée. Ils dénoncent le manque de personnel et des conditions de travail qui compliquent la prise en charge des patients.

Depuis le 23 septembre 2021, le personnel des urgences du CHU de Poitiers a lancé un mouvement de grève illimité. "Ce n’est plus du tout possible, ça devient trop compliqué", alarme Amélie, une aide-soignante. En cause : une surcharge de travail liée au manque de personnel.

Des conditions difficiles pour le personnel...

À l’initiative de la Coordination Nationale Infirmière (CNI), tous les soignants des urgences du CHU ou presque sont mobilisés. "Les soignants prennent à cœur de s’occuper au mieux des patients. Le manque d’effectif fait que parfois le temps d’attente est allongée. La prise en charge n’est pas optimale, car ils ont beau y mettre toute la bonne volonté du monde, ils ne sont pas suffisants pour pouvoir accueillir tous les patients dans de bonnes conditions", explique Florent Lieveaux infirmier et responsable syndical CNI.

Après un été compliqué, où tous les congés n’ont pas été remplacés, c’est tout le service des urgences du CHU de Poitiers qui entame cette rentrée déjà excédé. "L’été d’habitude, on ressent moins de passage donc on arrive à souffler un petit peu, raconte Amélie. Cet été, les gens ne sont pas partis en vacances donc ils sont venus en nombre et nous étions en sous-effectif." Aujourd’hui, le service enregistre une douzaine d’arrêts de travail qui, eux non plus, ne sont pas remplacés.

... qui se répercutent sur la prise en charge des patients

Malgré les remontées des syndicats, la direction ne recrute pas plus. "Lors de la réunion de négociation, la direction n’a pas proposé de créations de postes telles qu’on les souhaitait. Pourtant, le recrutement serait une bouffée d’oxygène pour ce service", rapporte Florent Lieveaux. Les délégués syndicaux ont demandé que 3 postes d’aides-soignants soient pourvus, sans succès. Mais le responsable CNI concède également des difficultés de recrutement liées au manque d’attractivité du CHU de Poitiers.

Ne voyant "pas le bout du tunnel", les soignants ont lancé cette grève tout en continuant à occuper leur poste. Au CHU de Poitiers, la contestation n’est visible que par des banderoles ou des autocollants sur les blouses que porte le personnel. Un mouvement décrété illimité afin de faire pression en vue du mois de novembre où la direction est amenée à procéder à des restructurations et des réaffectations dans le service. Le pire est craint pour le personnel urgentiste, avec forcément des répercussions sur la prise en charge des patients.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social santé société