Manque de places aux examens du permis de conduire, à Poitiers un collectif tire la sonnettes d'alarme

Les gérants d'auto-écoles de la Vienne ont créé un collectif pour alerter sur le manque de places aux examens du permis de conduire. Ils estiment que cette pénurie pourrait entraîner des licenciements de moniteurs d'auto-écoles. 

Auto école La Gibauderie
Auto école La Gibauderie © Aurore Ferrand-Rousseau

Une quinzaine de gérants d'auto-écoles de la Vienne viennent de créer un collectif destiné à alerter sur le manque de places pour les candidats à l'examen d'obtention du permis de conduire. Ces professionnels ont demandé une audience auprès de la préfète de la Vienne. Ils ont aussi lancé une pétition car selon la présidente du Collectif des auto-écoles de la Vienne, les places offertes aux candicats sont encore moins nombreuses qu'avant le confinement.

Une auto-école qui avait habituellement 10 places pour le mois de juillet n'en aura que 6 d'attribués pour juillet 2020, c'est une situation très compliquée, engendrée par le protocole sanitaire et un manque d'inspecteurs dans la Vienne.
- Aurore Ferrand-Rousseau, présidente du Collectif des auto-écoles de la Vienne

Un risque de licenciement

Le nombre de place disponibles seraient réduite de 60% dans la Vienne selon ce collectif qui pointe du doigt un manque à gagner.

On perd un tiers de notre chiffre d'affaires et le risque c'est le licenciement de moniteurs.
- Aurore Ferrand-Rousseau, présidente du Collectif des auto-écoles de la Vienne

Les professionnels lance un appel à la préfecture car ils estiment que la situation, qui était déjà sous tension ces derniers mois, s'est aggravée depuis qu'un inspecteur muté dans une autre région, n'a pas été remplacé.

Des problèmes en milieu rural

"La difficulté d'obtenir son permis de conduire pénalise surtout les jeunes situés en zone rurale car ils sont dépendants pour aller travailler"s'insurge la présidente qui s'inquiéte aussi pour les candidats en situation d'échec. 

La facture des candidats qui attendent entre deux examens, continuerait de grimper de 300 et 400 euros de frais supplémentaires car ils continuent de prendre des leçons pour maintenir leur niveau entre les examens. "On n'a pas de dates à leur proposer d'ici la sortie de l'été et c'est la même chose pour les motos"avertit la présidente de ce nouveau mouvement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société automobile économie coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter