Poitiers : le cinéma Tap Castille déprogramme le film “J'accuse” de Roman Polanski

L'affiche du film "J'accuse" dans un cinéma parisien, sorti en salles le 13 novembre dernier. / © Martin Bureau / AFP
L'affiche du film "J'accuse" dans un cinéma parisien, sorti en salles le 13 novembre dernier. / © Martin Bureau / AFP

Le cinéma a annoncé ce mardi 26 novembre 2019 déprogrammer le film de Roman Polanski "J'accuse", visé par une nouvelle accusation de viol. 

Par Christina Chiron

L'annonce a été faite sur la page Facebook du cinéma Tap Castille de Poitiers ce mardi 26 novembre 2019. Le film "J'accuse" de Roman Polanski est déprogrammé, suite à une nouvelle accusation de viol de son réalisateur et "dans un souci d'apaisement".
 
Depuis sa sortie en salle, la projection de ce film fait polémique, en raison de la nouvelle accusation de viol de Roman Polanski. Le 12 novembre dernier, l'avant-première avait déjà été bloquée par une quarantaine de militantes, appelant au boycott du long-métrage. 

Malgré la polémique, "J'accuse" a réalisé le troisième meilleur démarrage à Paris en 2019 pour un film français.

Ecoutez ici la réaction des spectateurs

Et au CGR de Buxerolles (Vienne)

Un groupe de manifestantes s’est présenté devant le CGR de Buxerolles à l’heure de la séance du soir. La direction de l’établissement les a autorisés à entrer dans le hall pour échanger avec les clients vers 19h30.
« Le rassemblement était relativement pacifiste », explique Stévenin Jonathan, directeur adjoint du CGR de Buxerolles. «  Les manifestantes ont pu échanger avec le public, on les a laissé s’exprimer mais lorsqu’elles ont commencé à gêner les clients dans l’accès aux salles, j’ai dû prévenir les forces de l’ordre. Elles sont ensuite rapidement parties. »   
Au sujet d’un retrait du film de l’affiche : « Ce n’est pas moi qui prends ce genre de décision. C’est une décision du service de programmation du groupe CGR ».
Contacté, Patrick Martin, directeur adjoint à la programmation au siège du groupe CGR à La Rochelle, indique : « Nous n’avons pas de position particulière. Nous programmons le film comme d’autres salles en France. Nous ne faisons pas de politique. Les gens en France sont libres d’aller voir ou non le film. »

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus