Poitiers : Émeline Grolleau auteure d'une BD sur sa maladie, la sclérose en plaques

Émeline Grolleau raconte sa maladie en bande dessinée. Il y a 10 ans, on lui a diagnostiqué une sclérose en plaques. Une maladie évolutive et incurable.

Émeline Grolleau auteur d'une BD sur la sclérose en plaques
Émeline Grolleau auteur d'une BD sur la sclérose en plaques © Nicolas L
Pour Émeline Grolleau, tout a commencé il y a dix ans, par des douleurs dans les jambes. Des douleurs récurrentes dont les médecins n'arrivaient pas à trouver l'origine. Un jour, un ami lui a suggéré d'aller voir un neurologue. Hospitalisée pendant quelques jours, Émeline subit toute une batterie d'examens, une IRM (imagerie par résonance magnétique), une ponction lombaire... Et puis, le médecin vient la voir dans sa chambre d'hôpital et s'assied sur son lit. Il lui explique "avec beaucoup de tact" se souvient-t-elle, qu'elle est atteinte d'une sclérose en plaques. Une maladie qui attaque le système nerveux central. Une maladie évolutive et incurable, à ce jour. Elle pose alors une question au médecin.

La première question que je lui ai posée, c'est est-ce que je pourrai avoir des enfants. Il m'a dit que oui, qu'il n'y avait aucune contre-indication. Et après j'ai fondu en larmes.

Émeline Grolleau

Émeline avait 31 ans et avait rencontré Nicolas, son compagnon, quelques mois auparavant. Aujourd'hui, elle a 41 ans et deux garçons de deux et sept ans. Après dix longues années pendant lesquelles elle avait beaucoup de mal à parler de sa maladie, même à ses proches, et à l'issue d'un travail sur elle-même, elle a fini par accepter, en parler, et a eu l'idée d'en faire une bande dessinée.
Émeline Grolleau
Émeline Grolleau

Je dessinais beaucoup, et un jour, mon compagnon m'a offert une tablette graphique. Alors j'ai fait plus de dessins et j'ai fini par construire une histoire.

Émeline Grolleau

La bande dessinée raconte sa maladie, son parcours entre les traitements, la cortisone et des méthodes plus douces, plus alternatives. Au départ, elle le confie, cette BD c'était pour elle, une façon de passer à autre chose.

On fait le deuil de ce que l'on était avant pour accepter ce que l'on est maintenant.(...) C'est un truc incurable et qui n'est pas sensé s'arranger.

Émeline Grolleau

Émeline Grolleau
Émeline Grolleau © Émeline Grolleau
Émeline Grolleau
Émeline Grolleau © Émeline Grolleau
Émeline cherche alors à faire publier sa BD, elle frappe à plusieurs portes, mais rien ne vient et le confinement chamboule un peu ses projets. Alors elle décide de l'éditer elle même. Elle se renseigne et établit un budget pour 500 BD plus les frais d'expédition. Il lui faut 3.200 euros. Ce sera un financement participatif. Elle ouvre une cagnotte un mercredi et dès le vendredi suivant la somme est atteinte et même dépassée.

"Mon petit orteil m'a dit", c'est le nom de cet ouvrage graphique et autobiographique.

Il n'est pas larmoyant, il raconte simplement avec une pointe d'humour, les bons et les mauvais jours. Les joies et les tristesses d'un parcours dans une maladie implacable.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
témoignage société portrait santé