• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Poitiers : le Futuroscope s'engage encore plus dans le développement durable

Le parc du Futuroscope a battu un record de fréquentation pendant les vacances de la Toussaint 2018. / © Guillaume Souvant/ AFP
Le parc du Futuroscope a battu un record de fréquentation pendant les vacances de la Toussaint 2018. / © Guillaume Souvant/ AFP

La 32e saison du premier site touristique de Nouvelle-Aquitaine est lancée et le Futuroscope de Poitiers affiche des objectifs très ambitieux pour être encore plus écologique. Le parc qui vient d'obtenir la certification ISO 50001 en matière de consommation d'énergie veut "se verdir" encore plus.

Par Fabrice Dubault


Fort de ces 1,85 million de visiteurs en 2018, le Futuroscope a de nouvelles ambitions en matière de développement durable pour les années à venir.

Après avoir obtenu, le 18 janvier 2019, la certification internationale environnementale ISO 50001 pour la gestion de sa consommation d'énergie, notamment électrique, le Futuroscope annonce vouloir être encore plus écolo d'ici à 2024.

L'objectif est de réduire de 20% la consommation d'énergie du parc en 5 ans.
Des panneaux photovoltaïques et des bornes de recharge pour les véhicules électriques et hybrides vont être installés.

Autre volonté, encore plus ambitieuse, valoriser 100% des déchets du parc d'ici à 2020.
Par ailleurs, les 1.200 tonnes de déchets annuels seront retraités sur place, dans un centre de tri en interne, avant 2021. Enfin, à terme, le Futuroscope envisage aussi la construction d'un centre de traitement des ses eaux usées sur site.
 

Réduire de 20% la consommation électrique en 5 ans


Le parc abrite plus de 40 bâtiments et consomme 15.000 MW/H. Et les attractions sont très énergivores. Exemple avec "La Vienne Dynamique", elle a besoin à elle seule de 802MW/H pour fonctionner, soit 5% de l'énergie nécessaire au fonctionnement de l'ensemble du parc.

Le challenge lancé par le Futuroscope est énorme. Il consacre 5% de son budget par an au développement durable, soit 2 millions d'euros.
C'est aussi pour lui une question d'image...
 

Sur le même sujet

François Asselin - invité du 19/20 de France 3

Les + Lus