Poitiers : la justice autorise la cantatrice à chanter malgré les plaintes de ses voisins

Les vocalises de Françoise Couroux insupportent ses voisins. / © France 3 Poitou-Charentes
Les vocalises de Françoise Couroux insupportent ses voisins. / © France 3 Poitou-Charentes

Pas moins de 24 plaintes ont été déposées à l’encontre d’une chanteuse lyrique, vivant à Poitiers, pour agression sonore. Ses voisins ne supportent plus d’entendre ses vocalises.
 

Par Valériane Gouban

La justice a tranché, Françoise Couroux a le droit de faire des vocalises, jouer du piano et chanter, mais pas n'importe quand.

Une querelle de voisinage

C'est une querelle de voisinage peu banale que la justice a eu à régler. Françoise Couroux est chanteuse lyrique. Dans le cadre de son activité professionnelle, ses journées sont rythmées par quatre heures de chant et de musique. Des sons que ne supportent plus ses voisins. Une réaction que la chanteuse a du mal à comprendre.

Ce n’est pas une musique brutale, ce n’est pas une musique bruyante. C’est une musique que l’on peut écouter et même avec laquelle on peut s’endormir.
- Françoise Couroux, chanteuse lyrique

Au total, 24 plaintes ont été déposées contre elle. Après une pétition, les riverains avaient obtenu une médiation avec la mairie de Poitiers pour fixer des créneaux de répétition : deux heures par jour, du lundi au vendredi. Cette dernière a finalement échouée. Pour l'avocat de la cantatrice, la demande des riverains est impossible à satisfaire.

Lui demander se de taire, de ne plus chanter, de ne plus s’entraîner, de ne plus jouer de piano, c’est la condamner de plus travailler puisqu’il s’agit de son activité professionnelle.
- Maître Quentin Reclou, avocat de Françoise Couroux

Une profession qui engendre des nuisances quotidiennes pour les voisins. Les vocalises de la cantatrice ne s’arrêtent pas devant sa porte et transpercent ses murs.

"Ça devient insupportable"

Une vingtaine de procès-verbaux a également été dressé par la police. La chanteuse lyrique a même été placée en garde à vue pour agression sonore, lors d’un des déplacements des forces de l’ordre.

"Ça devient insupportable !", explique un habitant de la résidence. Selon lui, plusieurs personnes ont déjà déménagées pour ne plus subir ces nuisances.

La justice a tranché

La justice a donc tranché sur cette querelle de voisinage. Les voisins l'interdiction pure et simple de chanter et de jouer du piano sous astreinte de 800 euros par incartade. Finalement, Françoise Couroux a obtenu le droit de chanter dans son appartement le mardi et le mercredi de 10 h 30 à 12 h 30 et de jouer du piano le lundi, jeudi et vendredi de 15 h à 17 h. Si elle ne respecte pas ces horaires, elle encourera une astreinte de 500 euros par infraction. 

Ce conflit devrait prendre fin dans les prochaines semaines puisque Françoise Couroux a décidé de déménager.
 

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus