Poitiers : le tribunal administratif demande l’évacuation immédiate du théâtre auditorium

Le tribunal administratif de Poitiers a ordonné l'évacuation immédiate du théâtre auditorium. Le TAP est occupé par des intermittents du spectacle et des précaires depuis le 15 mars.

Une soixantaine de personnes devant le Théâtre de Poitiers avant l'audience.
Une soixantaine de personnes devant le Théâtre de Poitiers avant l'audience. © Sophie Goux - France Télévisions

Sans grande surprise, le tribunal administratif a donné raison à la présidence de Grand Poitiers (propriétaire des locaux) et ordonne l'évacuation immédiate du théâtre auditorium, le TAP. Depuis le 15 mars plusieurs dizaines de personnes occupaient l'établissement pour réclamer des aides au milieu de la culture touché par la crise sanitaire et le retrait de la réforme de l'assurance chômage.

Un dialogue plus difficile

Rebaptisé par les occupants le Théâtre Au Peuple, le TAP abritait tous les jours quelques dizaines de personnes. Au départ, la mairie avait apporté son soutien, la présidente de Grand-Poitiers de son côté affirmait comprendre les motivations des manifestants. Mais la situation a commencé à se tendre. Grand Poitiers a demandé à ce que les locaux ne soient occupés que la journée pour des raisons de sécurité et de défaillance du système de désenfumage. Une demande à moitié satisfaite puisque les occupants restaient parfois jusqu'à minuit. C'est la raison qui a poussé Grand-Poitiers à faire une demande d'évacuation au tribunal administratif.

Dans son jugement le tribunal estime "qu'il y a lieu d'ordonner aux occupants sans droit ni titre du théâtre auditorium de quitter immédiatement les lieux et d'en retirer les biens leur appartenant, sans quoi, la communauté urbaine pourra y faire procéder avec le concours de la force publique".

Pas de réactions de Grand Poitiers pour le moment

La présidence de Grand Poitiers n'a pas souhaité réagir pour l'heure, elle affirme simplement "prendre acte" de cette décision. 

De leur côté les occupants prennent également acte et précisent qu'ils vont se réunir et qu'ils feront part de leur réaction collective sans doute dans la matinée de mardi 11 mai.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie culture théâtre