Poitiers : les pavés glissants et fragiles des rues Carnot et Magenta vont être remplacés

Ils ne sont en place que depuis 2012 et doivent déjà être retirés. Dans les rues Carnot et Magenta, au coeur du centre-ville de Poitiers, les travaux ont commencé ce lundi 15 février 2021 pour remplacer les pavés glissants et abimés sur la voie de circulation.

Les travaux ont commencé ce lundi 15 février 2021 sur les pavés de la rue Carnot, en plein centre-ville de Poitiers.
Les travaux ont commencé ce lundi 15 février 2021 sur les pavés de la rue Carnot, en plein centre-ville de Poitiers. © Laurent Gautier - France Télévisions

Encore des travaux !  Ils reprennent au cœur de Poitiers mais, cette fois, ils sont plutôt bien accueillis par les passants et les commerçants du centre-ville. Parmi eux, personne ne va regretter les pavés, posés il y a huit ans dans le cadre de l'opération "Coeur d'agglo" mené par l'ancienne municipalité. Dangereux, fragiles et coûteux, leur mauvaise réputation n'est plus à faire auprès des Poitevins.

C'est une bonne décision de les changer, avec la pluie, c'était casse-figure tout de même. Je faisais toujours attention en marchant

Une habitante du centre-ville âgée de 80 ans

On ne compte plus en effet les glissades pour les piétons et les dérapages pour les vélos causés par les pavés se transformant avec la pluie en véritable patinoire. En 2019, le Tribunal administratif de Poitiers a même condamné la ville à indemniser une cycliste, victime d'une chute après avoir dérapé sur les pavés de la rue Magenta.

Un revêtement en béton désactivé moins fragile

Du 15 février au 7 mai 2021, d’importants travaux vont être menés rue Carnot et rue Magenta pour remplacer les pavés par un revêtement en béton désactivé qui sera installé sur la voie de circulation des véhicules. Sous le poids des bus notamment, les pavés de la chaussée actuelle se dégradent rapidement, entraînant un coût de réparations avoisinant les 40.000 euros par an.

Au-delà des économies réalisées à long terme, la pose de ce revêtement va permettre d’atténuer les phénomènes de glissade ou de dérapage dont se plaignent trop souvent les Poitevins.

Communiqué de la ville de Poitiers

"La collectivité engage ces travaux en période de fermeture administrative des terrasses et restaurants afin d’en limiter les impacts négatifs et d’offrir un espace public rénové pour la réouverture de ces lieux de convivialité." ajoute le communiqué

Les travaux ne porteront que sur la partie centrale des deux rues. La circulation des piétons et des vélos sera maintenue de part et d’autre de l’aire de travaux. Les commerces pourront poursuivre leur activité et le parking de l’Hôtel de Ville restera ouvert. Pendant les périodes de séchage, les rues Carnot et Magenta seront ouvertes à la circulation des piétons et des cyclistes.

Des pavés fragiles et un entretien coûteux

A l'usage, les pavés posés en 2012 se sont révélés très fragiles et se sont usés rapidement avec le passage des bus dans ces deux rues.

Posés en 2012, les pavés des rues Carnot et Magenta se sont usés et dégradés rapidement.
Posés en 2012, les pavés des rues Carnot et Magenta se sont usés et dégradés rapidement. © Laurent Gautier - France télévisions

Les conducteurs de bus du réseau Vitalis les ont jugé, eux aussi, trop glissants et donc dangereux. Enfin, ces pavés ont entraîné des frais d'entretien et de remplacement importants, chiffrés à 40.000 euros par an. La nouvelle équipe aux commandes de la ville a donc choisi de les retirer et de les remplacer par un revêtement en béton désactivé. Pour Jean Louis Fourcaud, conseiller municipal en charge de la voierie, le choix qui a été fait, il y a dix ans, n'était pas le bon.

On savait que ces pavés ne supporteraient pas le poids des bus, les services techniques avaient alerté le maire. Les ouvriers qui les posaient l'avaient dit aussi. Les services techniques le savaient et ont alerté le maire mais il y a eu un refus catégorique par rapport au projet architectural.

Jean Louis Fourcaud, conseiller municipal en charge de la voierie, de l'hygiène publique et de la propreté

Dans les rues Carnot et Magenta, les travaux vont se poursuivre jusqu'au mois de mai prochain.
Dans les rues Carnot et Magenta, les travaux vont se poursuivre jusqu'au mois de mai prochain. © Laurent Gautier - France Télévisions

Les travaux qui ont débuté ce lundi vont coûter 200.000 euros à la ville mais pour l'équipe municipale qui estime que cet investissement sera vite amorti par les économies réalisées sur les frais d'entretien.

Au-delà des économies réalisées à long terme, la pose de ce revêtement va permettre d’atténuer les phénomènes de glissade ou de dérapage dont se plaignent trop souvent les Poitevins.

Communiqué de presse de Grand Poitiers

"La collectivité engage ces travaux en période de fermeture administrative des terrasses et restaurants afin d’en limiter les impacts négatifs et d’offrir un espace public rénové pour la réouverture de ces lieux de convivialité." précise le communiqué.

Les travaux ne porteront que sur la partie centrale des deux rues, là où les pavés sont les plus dégradés avec le passage des bus. Les trottoirs resteront en état et seront accessibles aux piétons et aux cyclistes pendant toute la durée des travaux. Les commerces et le parking de l’Hôtel de Ville resteront ouverts mais les bus de Vitalis seront déviés. Le calendrier de ces travaux prévoit deux phases, dans la rue Carnot, tout d'abord, du 15 février au 13 avril et rue Magenta, du 8 mars au 7 mai 2021.

Pas de changement pour la place Leclerc

La pose de ces pavés, qu'on enlève aujourd'hui, s'est achevée en 2012 dans le cadre de "Cœur d'agglo", le projet de rénovation du centre-ville de Poitiers mené par l'architecte Yves Lion à la demande de l'ancienne municipalité, gérée par Alain Claeys. Ils ont très rapidement suscité des critiques les accusant d'être trop glissants et dangereux. Les chutes se sont multipliées au fil des ans. En 2016, des travaux avaient déjà été entrepris sur quelques portions pour les rendre moins glissants. Aujourd'hui encore le remplacement des anciens pavés ne va concerner que la partie centrale de deux rues. La Place Leclerc et les autres rues adjacentes ne sont pas concernées. Pietons et cyclistes devront donc encore restés très vigilants pour ne pas risquer la chute quand il aura plu ou gelé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie sécurité société