Reportage. Après la pluie, le beau temps : la saison des jardins commence enfin !

Le printemps a été marqué par la pluie et le ciel gris. Dans les jardins, cette météo a retardé les plantations de fruits et de légumes. Le mois de juin s’annonce plus ensoleillé, pour le plus grand bonheur des jardiniers.

Dans les allées de la foire de Lencloître dans la Vienne, nombreux sont les jardiniers amateurs impatients de pouvoir commencer la saison. Tomates, salades, choux... Il y en a pour tous les goûts. Une cagette pleine à la main, Claudette repart avec du poireau, des melons et des navets. La pluie et les faibles températures ont retardé leur plantation de légumes. Ce printemps a été le plus pluvieux depuis 2013, avec un déficit d’ensoleillement proche de 20 %, selon le bilan de Météo France.

Josiane et Michel Tronchon ont été victimes de cette mauvaise météo. Ce couple de retraité cultive son jardin depuis plus de dix ans. Avec le retour des beaux jours, ils vont enfin pouvoir planter leurs tomates.

Quand il a plu, c’était un lac, le jardin était plein d’eau. On ne pouvait pas travailler.

Josiane et Michel

Jardiniers amateurs

 

Dans le village de Craon, Christian Laurendin n’a pas attendu le soleil pour commencer à planter. Cet ancien mécanicien à la retraite vend, plusieurs fois par semaine, ces légumes sur les marchés locaux pour se faire un complément de revenus.

Dans sa serre, les tomates rougissent. Dehors, ces courgettes n’ont pas résisté à la météo. “Cette courgette n’a pas eu assez de soleil. Elle a eu du mal à être pollinisée, elle est restée trop longtemps sur le pied, elle a eu du mal à grossir et elle est devenue toute pourrie." La pluie favorise aussi la prolifération des maladies, comme le mildiou, sur les tomates. Ce maraîcher se réjouit du retour du soleil, mais reste prudent. Il ne faudrait pas que ça sèche d’un seul coup. Le problème, c’est qu’on a eu tellement d’eau, dès que ça sèche en surface, ça fait des crevasses dans la terre."

Les plantes n'aiment pas trop les différences de températures brutales.

Christian Laurendin

Maraîcher

Les jardiniers espèrent donc des températures douces, tout comme les agriculteurs. Selon un bilan d'Agreste (organisme statistique du ministère de l'Agriculture, ndlr), les cultures de céréales à pailles ont diminué d'environ 10 % dans la Nouvelle-Aqutaine à cause des fortes pluies.

durée de la vidéo : 00h01mn40s
{} ©France télévisions

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité