Tour Poitou-Charentes 2022 : deuxième victoire de suite de Marc Sarreau, solide leader

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nicolas Skopinski .

Le coureur AG2R Citroën a remporté le sprint à l'issue de la deuxième étape du Tour Poitou-Charentes et conforte sa position de leader.

Tout savoir sur les mondiaux de pelote basque : Championnats du monde de Pelote Basque 2022

Deux de suite pour Marc Sarreau ! Le coureur AG2R Citroën a remporté, mercredi 24 août, la deuxième étape du Tour Poitou-Charentes 2022 qui reliait Périgny à Vars. La deuxième de rang, au sprint évidemment, pour le natif de Vierzon, qui devance Pierre Barbier (Be&B Hôtels-KTM) deuxième, et son dauphin au général Edward Theuns (Trek-Segafredo), troisième. 

Il conforte ainsi sa place de leader du classement général avec 10 secondes d'avance sur ses poursuivants. Une belle opération pour lui, après un début de course chaotique. Alors qu'il étrennait son maillot blanc dans les rues de Périgny, un premier souci mécanique l'a contraint à changer de vélo. Il semblait paré à l'épreuve avec une bicyclette toute neuve... mais en fait non. Un nouveau souci mécanique l'a d'abord contraint à demander l'assistance de son équipe, avant de finalement changer, encore, de vélo.

Chutes à répétition

Des contretemps qui auraient pu coûter cher au vainqueur de la première étape. Car dans le peloton, beaucoup avaient dans l'idée de ne pas se risquer au sprint sur l'arrivée sinueuse de Vars. Fredrik Dversnes (Uno-X Pro Cycling Team) et Andrea Mifsud (Nice Métropole Côte d'Azur) se sont échappés dès le 15e km de course, comptant jusqu'à plus de quatre minutes d'avance. Et si, sous près de 35°C, ces deux hommes le faisaient ? Mener une échappée à son terme sur les routes du Poitou-Charentes. Mais au bout d'un énième bidon demandé à son équipe, le coureur de Nice Métropole Côte d'Azur a laissé son partenaire du jour assurer seul les relais. Condamnant ainsi l'initiative, reprise à 32 kilomètres de l'arrivée.

Un regroupement qui a eu le don de tendre un peloton dans lequel chacun s'est regardé, TotalEnergies tentant de se repositionner. Dans ces mouvements, et fausses pistes, la Groupama FDJ a perdu gros. Une sale édition pour la formation, au lendemain du déclassement de Paul Penhoët coupable d'une manoeuvre d'intimidation à Périgny. Cette fois, ce sont quatre coureurs qui ont chuté, dont le leader de l'équipe Stefan Küng, qui a dû cravacher pour revenir.

Alors qu'on se reprochait d'avoir espéré qu'une échappée parvienne enfin à se détacher du peloton sur le Tour Poitou-Charentes la course entamait la boucle finale. Mais il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirai pas de ton eau", et à Nitrat, sept hommes dont plusieurs leaders comme Thomas Boudat (Go Sport-Roubaix Lille Métropole) ont fait frémir les sprinteurs, en tentant une nouvelle attaque... reprise autoritairement par le peloton. Pour les dix derniers kilomètres, le rythme est monté d'un cran, causant une nouvelle chute. Cette fois, c'est Lorrenzo Manzin (TotalEnergies) et Thomas Boudat (Go Sport-Roubaix Lille Métropole) qui ont perdu gros. Marc Sarreau, lui, confirme que le spectre de sa grave chute de l'an passé n'est plus qu'un lointain souvenir.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité