Très faible mobilisation des Gilets Jaunes dans la Vienne

Les Gilets Jaunes étaient appelés à se rassembler dans de nombreuses villes de France aujourd'hui pour faire leur rentrée de la contestation dans la rue. Dans la Vienne, la mobilisation a été très faible à Châtellerault et Poitiers. 
Une dizaine de Gilets Jaunes s'était rassemblée ce samedi matin 12 septembre à Châtellerault.
Une dizaine de Gilets Jaunes s'était rassemblée ce samedi matin 12 septembre à Châtellerault. © Stéphane Bourin/ France Télévisions
Absents (ou presque) à Poitiers alors que le rendez-vous avait été fixé au rond point d'Auchan Sud et très peu nombreux à Châtellerault sur la place face à la mairie, la rentrée des "Gilets Jaunes" a n'a guère mobilisé ce samedi 12 septembre dans la Vienne. 
Au plus fort des revendications, Châtellerault avait été un des bastions des "Gilets Jaune"s dans le département, aujourd'hui, ils n'étaient guère plus d'une dizaine, dont très peu portaient un masque pour les protéger du Covid-19, sur le lieu de rendez-vous autour d'une caravane repeinte en jaune, la couleur symbole du mouvement.
Les "Gilets Jaunes" de Châtellerault rassemblés autour de la caravane du mouvement.
Les "Gilets Jaunes" de Châtellerault rassemblés autour de la caravane du mouvement. © Stéphane Bourin/ France Télévisions


"Ce n'est qu'un début"

La faible mobilisation ne semble pas entamer la motivation des manifestants présents sur place. D'autres avaient fait le déplacement pour manifester à Paris. "Ce n'est qu'un début" affirment-ils en prédisant une reprise du mouvement dans les futures semaines. Leurs revendications sont toujours les mêmes demandant plus de justice sociale et de pouvoir d'achat et moins de taxes, auxquelles s'ajoute la contestation de la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement.

"Depuis deux ans, on n'a encore rien obtenu du gouvernement donc tant qu'on aura rien, on sera dans la rue, plus ou moins mais on sera toujours là. On veut plus de pouvoir d'achat et la suppression de la CSG sur les petites retraites."

Un "Gilet Jaune" de Châtellerault



Né il y a presque deux ans, le 17 novembre 2018, le mouvement citoyen des Gilets Jaunes cherche son second souffle après une première année où il a agité la France, entre occupations de ronds-points et manifestations parfois violentes.


Heurts et interpellations à Paris

Pour ce jour de rentrée, quelques centaines de Gilets Jaunes étaient présentes pour une manifestation organisée autour de la place Wagram à Paris et encadrée par un très important dispositif policier. Quelques heurts ont éclaté entre forces de police et manifestatnts et dès 14h, 193 personnes avaient été interpellées notamment pour port de "tournevis, piolet, pince coupante, couteaux" 
D'autres rassemblements étaient prévus tout au long de la journée dans des grandes villes de France (Marseille, Toulouse, Lyon, Lille, Nantes, Nice, Bordeaux ou Strasbourg...) A Toulouse, qui a été un des bastions du mouvement, la manifestation a été interdite par les autorités locales notamment en raison "des taux élevés de propagation de Covid-19". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société