Un candidat du FN de la Vienne menacé de radiation par son parti

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bernard Dussol

Daniel Dequaindry aura été un candidat-express du Front National dans le canton de Poitiers 1. Le président du FN de la Vienne, Alain Verdin, lui reproche d'avoir parlé de kalachnikovs dans un bureau de la Préfecture de Région. Il vient de demander sa radiation au Bureau Politique du Front National.

Alain Verdin a peu apprécié la plaisanterie de l'un des candidats de son parti aux prochaines élections départementales dans le 1er canton de Poitiers. Et pourtant, nous dit-il, "le dossier de Daniel Dequaindry était bouclé, validé, signé et ses documents de campagne étaient partis à l'imprimerie". Oui mais voilà, le tout récent militant du FN (il avait rejoint le parti de Marine Le Pen depuis quelques mois) a voulu se rendre lui-même dans un bureau de la Préfecture de région où se traitent les prochaines élections départementales des 22 et 29 mars 2015.

"Il est resté deux heures avec les 4 employés de la préfecture", explique Alain Verdin, "et il a eu une attitude très désagréable avec le personnel présent sur place." C'est là que Daniel Dequaindry aurait dit :"Si la campagne d'affichage se passe mal, il faudra peut-être sortir les kalachnikovs, j'en ai quatre dans le coffre de ma voiture".

Une simple boutade pour le militant du FN âge de 66 ans mais une phrase de trop pour Alain Verdin qui explique que : "les candidats du FN doivent être responsables et maîtriser les mots qu'ils emploient. On n'a pas à parler de kalachnikof, même sur le ton de la plaisanterie !"

A la Préfecture de région, la responsable du service de presse, Nathalie Brionnet, se contente d'indiquer que "La préfecture n'a enregistré aucun incident quand monsieur Dequaindry est venu se renseigner sur les modalités des élections départementales". Et la préfecture ajoute que Daniel Dequaindry ne figurait pas dans la liste des candidats qui a été déposée par les responsables du Front National de la Vienne.

Entre-temps, Alain Verdin avait décidé de présenter un autre candidat sous les couleurs du Front National, Michel Gaston,un employé d'usine. Dans le même temps, le patron du FN de la Vienne a alerté le bureau politique de son parti pour demander la radiation de Daniel Dequaindry. Pour l'instant, on ne sait si ce très récent militant du Front National sera exclu pour une phrase qui selon lui relève d'une simple plaisanterie.