Cet article date de plus de 8 ans

Martin Malvy lance un cri d'alarme contre les vols de cables SNCF en Midi-Pyrénées

Pour faire face aux vols de cables qui ont causé la suppression de 161 trains en 2 mois, le président du conseil régional de Midi-Pyrénées demande au préfet de renforcer la surveillance des rails

Le président de Midi-Pyrénées, Martin Malvy, s'est insurgé mercredi contre les vols de câbles SNCF le long des voies ferrées. Il a écrit au préfet pour lui demander de renforcer la surveillance des rails. Martin Malvy lui fait part de sa "très vive préoccupation" face aux vols de câbles d'alimentation en énergie ou de signalisation qui longent les voies ferrées, particulièrement autour de Toulouse,
durée de la vidéo: 00 min 32
Le cri d'alarme de Martin Malvy


Le cuivre, objet des convoitises, est coté plus de 6000 euros la tonne sur le marché international

En octobre et novembre, 161 trains ont été supprimés et 344 ont subi d'importants retards, ce qui a pénalisé 100.000 voyageurs, selon la direction des transports de la région. D'où la demande du président du conseil régional d'"un renforcement des moyens de surveillance afin qu'il soit mis un terme à ce vandalisme". Le vol de métaux a explosé en France ces dernières années en raison de la hausse continue des cours et de la facilité à perpétrer ces vols.
De son côté, la SNCF de Midi-Pyrénées a comptabilisé entre la mi-septembre et la mi-décembre 500 retards ou suppressions de trains dus aux vols de métaux. C'est un "fléau insupportable pour les voyageurs" et une situation "très difficile pour les équipes de la SNCF qui toutes les nuits réparent les câbles et remettent en état les installations", explique-t-elle.  Le cuivre est coté plus de 6.000 euros la tonne sur le marché international.
L'entreprise ferroviaire précise néanmoins qu'elle a pris des mesures de prévention pour sécuriser des milliers de kilomètres de rails (300 cheminots mobilisés au niveau national, surveillance par les hélicoptères de la gendarmerie, alarmes mobiles avec vidéos).
La SNCF, qui porte plainte systématiquement en cas de vol, rappelle enfin qu'en 2011, 450 personnes ont été interpellées en France après des vols de métaux, donnant lieu à 200 sanctions pénales et 100 peines de prison ferme.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports