Cet article date de plus de 7 ans

Laurent Jalabert positif à l'EPO sur le Tour de France 1998, selon le journal L'Equipe

Selon L'Equipe, un échantillon d'urine du coureur mazamétain datant de 1998 aurait été rétroactivement analysé et serait positif à l'EPO. En réaction, l'ancien coureur qui a répondu à France 3 Midi-Pyrénées, dit "tomber de l'armoire"

Laurent Jalabert sur le Tour de France 1998, avec son directeur sportif Manolo Sainz.
Laurent Jalabert sur le Tour de France 1998, avec son directeur sportif Manolo Sainz. © AFP
Le journal sportif L'Equipe, qui inaugure ce mardi 24 juin une nouvelle formule, révèle que la commission d'enquête sénatoriale détient la preuve que Laurent Jalabert a été contrôlé positif à l'EPO sur le tour de France 1998.

Un échantillon de 1998 analysé en 2004

Le coureur tarnais, résidant aujourd'hui à Montauban et ancien sélectionneur national, aurait été confondu par un échantillon d'urine prélevé en 1998 mais analysé en 2004 car l'EPO était indétectable en 1998.
Interrogé lundi soir par France 3 Midi-Pyrénées, Laurent Jalabert dit ne pas contester les résultats d'analyse, mais être surpris de cette révélation, personne ne l'ayant informé de cette situation avant qu'elle ne paraisse dans la presse.

"Je ne conteste pas"

Laurent jalabert affirme donc qu'il a "à tout moment fait confiance au staff technique" de ses équipes (Toshiba, Once, CSC) et qu'il n'avait "aucune raison de penser que ça pouvait mal se passer, qu'il ne fallait pas faire confiance au staff médical". Jalabert reconnaît avoir "été peut-être léger", mais nie "une volonté de [sa] part d'une quelconque manœuvre pour essayer d'être meilleur". Il "ne conteste pas la possibilité" d'un contrôle positif à l'EPO ; "si c'est le cas, je regrette que ce soit le cas".

"Si ma présence n'est pas souhaitée sur le Tour..."

Laurent Jalabert, consultant pour France Télévisions, sera-t-il présent sur le Tour de France, qui débute samedi 29 juin ? "Mon souhait aujourd'hui est d'être, comme je l'ai toujours été, intègre, et de ne pas entacher la bonne marche de ce Tour de France, qui doit être une grande fête, indique-t-il. Si ma présence n'est pas souhaitée, je resterai à la maison, et ça me laissera plus de temps pour récupérer."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dopage cyclisme sport