• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vote symbolique : l'exécutif catalan saisit à son tour la justice

Le bras de fer continue entre Barcelone et Madrid qui s'opposent sur l'organisation dimanche, d'un vote symbolique pour ou contre l'indépendance de la Catalogne. / © AFP
Le bras de fer continue entre Barcelone et Madrid qui s'opposent sur l'organisation dimanche, d'un vote symbolique pour ou contre l'indépendance de la Catalogne. / © AFP

L'exécutif catalan a annoncé lundi avoir saisi à son tour le Tribunal constitutionnel après la décision de Madrid de contester une consultation symbolique sur son indépendance prévue dimanche.

Par Jean-Marc Huguenin


"Nous avons présenté ce mémoire afin d'empêcher la suspension par le tribunal constitutionnel (de cette consultation, ndlr)", a annoncé le porte-parole de l'exécutif catalan Francesc Homs. Cette initiative intervient alors que vendredi le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy a annoncé qu'il tenterait d'empêcher ce vote sans valeur légale à travers lequel les Catalans sont invités à dire s'ils souhaitent l'indépendance.

Un véritable référendum consultatif prévu depuis dix mois et organisé par l'exécutif a déjà dû être abandonné, mi-octobre, suite à une première saisine du tribunal, qui l'a suspendu. Du coup, le président catalan, le nationaliste conservateur Artur Mas, a décidé d'organiser ce vote symbolique supervisé par des bénévoles, sans recensement électoral et sans commission électorale, en espérant faire un coup politique démontrant que les Catalans sont de plus en plus nombreux à vouloir faire secession.

Possible décision ce mardi

Dans un premier temps objet de moquerie de la part de Madrid, la consultation a finalement été jugée anti-constitutionnelle par l'exécutif, qui veut aussi la
faire interdire, estimant qu'elle offre "encore moins de garanties démocratiques" que la première. Une porte-parole du Tribunal constitutionnel a indiqué lundi que cette instance siégerait mardi pour examiner la demande du gouvernement et serait peut être amenée à trancher dans la foulée, le jour-même.

"La suspension est matériellement impossible à exécuter", a prévenu Homs. Cette consultation a pour but de permettre "l'exercice de droits aussi fondamentaux que la liberté idéologique et la liberté d'expression", a-t-il dit. La Generalitat (exécutif catalan) souhaite que quelque 5,4 des 7,5 millions de Catalans participent au vote et l'ont ouvert, sous certaines conditions, aux étrangers et aux jeunes âgés de plus de 16 ans.

Madrid de son côté affirme qu'il s'agit d'un référendum qui ne dit pas son nom, un genre de consultation qui ne peut être organisé que par l'Etat espagnol, assurant par ailleurs que seuls l'ensemble des Espagnols peuvent se prononcer sur l'avenir de la Nation.

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus