José Garrido, la nouvelle génération

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Bourg

On frôle la catastrophe ganadera. Encore une corrida anéantie une fois de plus par le bétail. Long, fade, faible, insipide cheptel. A la Maestranza, le public est gentil mais la patience a ses limites, même dans le toreo. Interminable session où il fallut attendre pour vibrer enfin...

Séville, mercredi 22 avril 2015.
Plaza de toros de la Maestranza. 18h30
8ème corrida de la Feria.
Enrique Ponce : silence et salut au tiers
Sébastien Castella : salut au tiers et silence
José Garrido : salut au tiers et vuelta
Au 5ème toro, saluts du picador José Doblado et du banderillero José Chacon.
Encore un défilé de toros déglingués, dénués de caste, de race et de la moindre émotion combattive, excepté le dernier. Ce nauséabond cocktail bovin fut ainsi composé : cinq toros de Parladé et le 6ème de Juan-Pedro Domecq (de 510 à 564 kg ; moyenne : 532) plus un réserve de Domecq (1er bis, 505 kg) et un autre d’El Pilar (4ème bis, 565 kg). Douze piques et une chute.
Environ 9/10ème de plaza. plus de 25 degrés.
P.S:  Si la video vous parait sombre, ce n'est peut-être pas le fruit du hasard...
durée de la vidéo: 01 min 35
feria de Séville