• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Top 14 - Stade Toulousain : un ticket pour la demi-finale

Guy Novès félicitant Luke McAllister. / © Pascal Pavani/ AFP
Guy Novès félicitant Luke McAllister. / © Pascal Pavani/ AFP

Toulouse bat Oyonnax 20-19 et affrontera Clermont en demi-finale du Top 14.

Par

Toulouse s'est défait samedi dans la douleur d'Oyonnax 20 à 19, invité-surprise des phases finales, et rêve d'un vingtième Bouclier de Brennus pour clore en beauté l'ère Novès avant que le manageur ne rejoigne le XV de France.
Les Toulousains retrouveront en demi-finale Clermont à Bordeaux, samedi prochain.
Leur élimination la saison passée au même stade de la compétition face au Racing (16-21), qui les avait empêchés de se hisser dans le dernier carré pour la première fois depuis vingt ans, fut donc un accident de parcours.

Le patron acclamé

Patron emblématique du Stade Toulousain depuis vingt-deux ans, Guy Novès, acclamé par les supporteurs pour son dernier match à Ernest-Wallon à la veille de l'officialisation de sa nomination à la tête du XV de France, pourra donc encore partir par la grande porte après une saison marquée par une entame cauchemardesque et de vives tensions.

Un essai de David contre Goliath

Mais le "grand" Stade Toulousain a eu toutes les peines du monde à se défaire du "petit" Oyonnax, invité-surprise des phases finales deux ans à peine après sa montée dans l'élite.
Courant après le score durant toute la seconde période, les hommes de Novès se sont détachés en toute fin de rencontre grâce à un essai du jeune Cyril Baille en coin (74e) après une séquence interminable (2 min 26 sec.).
Pour le club de l'Ain, la belle aventure s'arrête donc à Ernest-Wallon comme le symbole de la fin d'une époque alors que son manageur emblématique Christophe Urios entraînera Castres la saison prochaine.
Le gros combat attendu a donc bien eu lieu et comme lors de la première journée de la saison régulière, achevée sur le même score, les "Oyomen" ont bien failli emporter les Toulousains sur leur passage.
Auteurs d'une entame très agressive, les Toulousains sont toutefois parvenus à déstabiliser des "Oyomen" trop indisciplinés en début de rencontre,
en prenant les points au pied grâce à Toby Flood (7e, 12e, 29e), mais sans jamais franchir pour de bon.
Le temps de régler quelques soucis en touche et de faire parler la puissance de leurs avants face à une équipe toulousaine diminuée par l'absence du pilier droit Census Johnston, suspendu, les hommes d'Urios ont repris l'ascendant sur un essai symbole de cette lutte acharnée entre David et Goliath.
Réduits à quatorze après l'exclusion de Cibray (29e), Oyonnax a passé la ligne en force par le centre Hemani Paea (38) pour rentrer au vestiaire avec un petit point d'avance ((10-9).

Cyril Baille libère Ernest-Wallon

Et Oyonnax a continué à tenir le ballon et à engranger les points en seconde période, grâce à son buteur argentin métronomique Benjamin Urdapilleta (45, 50, 69), auteur d'un 100%. Sans que Toulouse ne soit totalement distancé, Flood inscrivant deux autres pénalités (54, 61).
L'apport de sang frais du banc toulousain (Galan, Tekori, Baille...) fit ensuite son effet, le jeune Baille libérant Ernest-Wallon (74) au bout du suspense.

Voir ici le résumé de la rencontre par Serge Djian, de France 3 Midi-Pyrénées : 

Top 14 : Stade Toulousain/Oyonnax

 

Ils ont dit

Jean-Baptiste Elissalde (entraîneur des trois-quarts du Stade Toulousain) : "On s'attendait à ce genre de match. On a fait preuve de trop d'impatience en début de rencontre mais les joueurs ont trouvé la solution en deuxième mi-temps. Le dernier quart d'heure, nous avons été dominateurs. C'est une belle victoire collective mais face à Clermont un autre défi de taille nous attend".

Christophe Urios (manager d'Oyonnax) : "C'est un mélange de regrets et de fierté. On s'était préparés pour gagner ce match. Il y a la déception de la défaite car on n'est pas passés loin. On n'a pas grand-chose à se reprocher. Il nous a manqué un peu d'essence dans le dernier quart d'heure. Toulouse
n'a pas volé son match. Au delà de l'image sympathique de notre club, cette équipe distribue de l'émotion car elle est composée de mecs qui donnent beaucoup. Mon départ? Je ne suis pas triste car c'est mon choix et je suis très content d'aller à Castres
".

Yoann Huget (ailier de Toulouse) : "Ce match reflète notre saison: on n'a jamais rien lâché même quand on était menés 16-9. On était dos au
mur et on sentait qu'il fallait leur imposer des temps de jeu pour les mettre en difficulté. C'est dommage que nous n'ayons pas concrétisé en début de match alors que nous étions dominateurs. Novès? Il ne nous a rien annoncé, il n'y avait donc pas de place à l'émotion. Face à Clermont, nous serons dans la même configuration
".

Patricio Albacete (deuxième ligne de Toulouse) : "Ce fut un match très dur contre une équipe qui ne nous réussit pas et qui a prouvé qu'elle
méritait d'être en quart de finale. Les jeunes et notre banc nous ont fait beaucoup de bien. Dos au mur, on est allé chercher cette victoire. On a tenu nos nerfs jusqu'au bout. Nous étions relégables à la 7e journée et là on est en demi-finale mais nous avons beaucoup travaillé pour cela. Clermont sera favori en demi-finale, ils sont vice-champions d'Europe et nous ont battu deux fois cette saison. En plus on a laissé beaucoup d'énergie et eux sont restés au frais dans leurs canapés
".

Silvère Tian (ailier d'Oyonnax) : "C'est dommage mais je suis très fier de l'équipe. C'est cruel car à part au début du match on a mené tout au long de la rencontre. On a manqué d'expérience en fin de rencontre car on avait pris l'ascendant en début de deuxième mi-temps. Il y a beaucoup de fierté car on avait dit des choses et on a assumé en montrant que ce n'est pas la taille de la ville qui compte".

Thibault Lassalle (deuxième ligne d'Oyonnax) : "A 16-9 on a cru qu'on pouvait le faire. Il nous a manqué un peu d'essence. Les deux jeunes (Baille et Aldegheri, ndlr) et Tekori ont équilibré les débats quand ils sont rentrés (48e, ndlr). Quelques petits détails nous ont échappé. On a pris des risques pour gagner ce match mais c'est ce qu'il fallait. On s'est envoyés et on y a mis tout notre coeur comme tout le long de la saison mais bravo à Toulouse pour sa victoire".

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus