Cet article date de plus de 4 ans

Les Angles : des grand-mères tricotent des bonnets chic pour une start-up

Coup de projecteur sur une initiative originale, aux Angles, dans le Gard. Une dizaine de dames, âgées de 60 à 86 ans, tricotent des bonnets et des noeuds papillons pour la marque "Gang de Grand-Mères". Le jeune créateur de cette petite entreprise mise sur le 100% made in France.
Hugo Camusso, auto-entrepreneur, travaille avec dix grand-mères qui tricotent ses créations aux Angles, dans le Gard.
Hugo Camusso, auto-entrepreneur, travaille avec dix grand-mères qui tricotent ses créations aux Angles, dans le Gard. © F3LR
Des grand-mères et leur passion pour le tricot sont devenues depuis deux ans le moteur d'une petite entreprise gardoise. A la maison, leur savoir faire est souvent dédaigné par leurs enfants et petits enfants qui ne veulent plus porter les pulls ou autres écharpes, mais grâce à la marque Gang de Grand mères, ces femmes ont retrouvé le plaisir du tricot et surtout celui de le voir porté.

Au total, elles sont une dizaine, âgées de 60 à 86 ans. Regroupées dans l'association "les mamies du Gang", créée pour l'occasion, elles tricotent les bonnets dessinés et créés par Hugo Camusso.

Le jeune homme auto-entrepreneur, âgé de 27 ans, se charge de les vendre ensuite via son site internet ou en boutique, à Marseille, Avignon, Paris et bientôt Montpellier. Pour autant, il n'est pas leur patron, on est pas à l'usine ! 

durée de la vidéo: 01 min 45
Des bonnets branchés made in Gard tricotés main ©F3LR


Pour le moment 600 bonnets et 300 noeuds papillon ont été vendus : tous tricotés main avec de la laine française. Ces produits haut-de-gamme sont vendus entre 70 et 180 euros pièce.

Hugo Camusso reverse 10% de son chiffre d'affaire à l'association des mamies, et avec l'argent, elles s'offrent des sorties sportives ou culturelles.

Pour la nouvelle collection, nommée "le bonnet français", le Gang des grands-mères a monté une opération de financement participatif sur Ulule.

Mais ces bonnets là, plus abordables financièrement, seront tricotés par des machines, en France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie tradition sorties et loisirs insolite start-up entreprises internet