Après les attentats de Paris, 2500 personnes réunies à la cathédrale de Toulouse pour une messe pour la paix

L'archevêque Le Gall lors de la messe pour la paix du lundi 17 novembre / © France 3
L'archevêque Le Gall lors de la messe pour la paix du lundi 17 novembre / © France 3

Après les attentats de Paris, 2500 personnes réunies lundi 16 novembre, dans la cathédrale de Toulouse pour une messe de la paix.

Par Anissa Harraou

Après les attentats meurtriers de Paris, une messe "de deuil national et de prière pour la paix" a eu lieu lundi 16 novembre à la cathédrale Saint-Etienne.
Les représentants de différents cultes religieux, dont les imams et l'évêque de la ville, étaient présents pour montrer leur union, leur solidarité. 

Les fidèles le savent :

Toute la France doit se soulever pour montrer que l'on condamne ces événements"

Les fidèles, chrétiens, juifs ou musulmans se sont recueillis en mémoires des 132 victimes des attentats de Paris. Toutes les générations étaient présentes. 

Monseigneur Le Gall a rappelé la signature d’une charte de la Fraternité entre les différents cultes le 19 mars 2015 à Toulouse, soit trois ans après les tueries commises par Mohamed Merah à Toulouse et à Montauban. . 


Se rappeler des couleurs et des valeurs de la France 

Pour cette messe d'exception la cathédrale Saint-Etienne a revêtu ses plus beaux habits. Les couleurs du drapeau français ont illuminé le retable de la cathédrale. Une initiative pleine de sens.

Des bougies ont été allumées et une minute de silence a été respectée en hommage aux victimes des attaques terroristes de Paris, "quelle que soit la religion des victimes", a rappelé une fidèle.

En début de cérémonie, Monseigneur Le Gall, l’archevêque, a associé Abdellatif Mellouki, secrétaire général de l'Union des musulmans de France et Nicole Yardeni, présidente du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) dans la région Midi-Pyrénées, à son message de paix. 

"Ces barbares ont voulu nous diviser", a relevé Abdellatif Mellouki, dans une allusion aux djihadistes de Paris et de Saint-Denis. "Mais en restant unis, les citoyens français seront plus forts que jamais."

Une messe pour la paix avait lieu à la cathédrale Saint-Etienne, lundi 16 novembre


Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus