Grippe aviaire : un foyer confirmé au domaine des oiseaux de Mazères en Ariège

Publié le

Plusieurs cas de grippe aviaire ont été identifiés au domaine des oiseaux de Mazères en Ariège. Une zone de contrôle temporaire de 20 kilomètres a été établie pour repérer toute autre contamination et stopper la propagation du virus. Elle concerne 109 communes entre Ariège, Haute-Garonne et l'Aude.

Après le Gers toujours durement impacté, le département de l'Ariège est à son tour frappé par l'épizootie de grippe aviaire. Après la découverte de plusieurs oiseaux morts, le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène a été officiellement identifié le 23 janvier 2023 sur le domaine des oiseaux à Mazères en Ariège.

Ce site ornithologique, constitué de 6 kilomètres de sentier, permet l'observation de nombreuses espèces d'oiseaux. Il y a aussi un élevage de cigognes blanches et une ferme pédagogique. Le parc animalier est fermé au public jusqu'à nouvel ordre. En revanche, le domaine, lui-même, reste bien ouvert.

109 communes sous contrôle

Le virus H5N1 circule activement en Europe en ce moment, essentiellement par l’intermédiaire des oiseaux migrateurs ou parmi la faune sauvage autochtone. Il est très redouté par les éleveurs de volailles car il est particulièrement contagieux et pathogène pour leurs volatiles. Surtout il persiste et reste actif principalement dans les fientes et les eaux stagnantes contenant des fientes contaminées.

Une zone de contrôle temporaire (ZCT) de 20km a donc été établie autour du lieu de découverte des oiseaux infectés. Elle concerne 41 communes en Ariège, 38 en Haute-Garonne et 30 dans le département de l'Aude.

Eviter de se promener dans les zones humides de ce foyer d'infection

En parallèle, des mesures de surveillance particulières sont déployées au sein de la zone afin de protéger les élevages de volailles d’une potentielle contamination par la faune sauvage. Les mesures de biosécurité comme la mise à l'abri et la surveillance (avec des analyses de laboratoires) sont notamment renforcées dans les élevages à proximité du foyer de contamination.  

La préfecture de la Haute-Garonne demande aux populations : "de ne pas s’approcher, ni de nourrir les oiseaux sauvages et plus particulièrement dans cette zone de contrôle temporaire (ZCT). L'ensemble du public est aussi invité à éviter de se promener sur ses zones humides (bords des étangs, mares et rivières du secteur concerné) là où sont les oiseaux sauvages, du fait de la possible présence de virus dans les fientes et les sols souillés", communiqué de presse du 24 janvier 2023, préfecture de la Haute-Garonne. 

 

Durée des mesures

Cette ZCT pourra être levée après un délai de 21 jours si aucun signe évocateur d’influenza aviaire n’est décelé dans les exploitations et si aucun nouveau cas n’est survenu dans la faune sauvage libre. Dans le cas contraire, elle sera maintenue jusqu’à la stabilisation de la situation.

Toute mortalité d’oiseaux sauvages dans cette zone, sans cause évidente, doit être signalée à l’antenne départementale de l’Office français de la biodiversité au numéro suivant : 07.60.81.23.39.

Risque au niveau "élevé"

Pour rappel, afin de limiter la diffusion du virus, qui peut avoir d’importantes conséquences économiques et de souveraineté alimentaire, le niveau de risque épizootique vis-à-vis de l’influenza aviaire est actuellement au niveau "élevé".

Une situation qui entraîne l’application de mesures renforcées de prévention pour les élevages avicoles et les basses-cours sur toutes les communes de la Haute-Garonne et de l'Ariège. 

Depuis le mois de décembre 2022, les foyers de grippe aviaire se multiplient en Occitanie. Que ce soit dans le Gard, dans les Hautes-Pyrénées et surtout dans le Gers.

En moins de 5 mois, 3.3 millions de volatiles abattus

Les abattages préventifs se sont du coup multipliés ces dernières semaines.

En France, du 1er août au 21 décembre 2022, 3,3 millions d’animaux ont déjà été abattus, dont une moitié de canards.

Deux millions l’ont été rien qu’en décembre, selon le ministère de l’Agriculture.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité