"Une bonne église est une église en feu", l'abbatiale de Foix victime d'un tag

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'église de Foix en Ariège a été recouverte d'un tag sur l'un des murs. "Une bonne église est une église en feu" pouvait-on y lire. L'enquête a été confiée au commissariat de Foix.

"Au matin du samedi saint, il y avait un tag : une bonne église est une église en feu. J'ai tout de suite appelé Mr le Maire. La mairie a fait le nécessaire pour repeindre. C'est la 3e fois que ce mur est tagué". Le Père Edouard de Laportalière, curé de la paroisse de Foix depuis un an et demi, a découvert l'inscription le 16 avril 2022 sur un mur d'enceinte de l'abbatiale.

Une écriture familière

Pour le Père Edouard de Laportalière, l'auteur est certainement une personne qui a des troubles psychologiques : "D'abord c'est de la stupeur et de la tristesse. Ensuite j'y ai vu un cri de souffrance. C'est certainement une personne en souffrance qui a besoin de trouver ce moyen d'expression. Dommage qu'il n'y en ait pas d'autres. Ma réaction, c'est de la tristesse car c'est dommage de faire ça. En même temps, il y a une dimension prophétique. L'église en feu ce n'est pas le feu qui détruit, mais celui de Pâques, le feu nouveau, le Christ ressuscité. J'y ai vu les deux aspects."

Le pardon et la charité chrétienne. Ce n'était pas une totale découverte pour le Père : " j'ai reconnu cette écriture déjà apposée sur des édifices de la paroisse qui incitait à ne pas croire en l'Église. J'invite cette personne à venir me rencontrer, que l'on puisse parler plutôt que de l'écrire sur l'église car ça coûte de l'argent pour effacer ces messages. "

La mairie est intervenue

Dès le jour de la découverte, les services municipaux sont intervenus pour recouvrir l'inscription. Même réaction pour le maire de Foix, Norbert Meler, habitué à ce genre d'inscription. "Il y a tout de même un sentiment de colère. On porte atteinte aux biens publics, à ce qui appartient à tout le monde et que l'on paie avec nos impôts"

Il est vrai que Foix comme d'autres villes n'est pas épargnée par ce phénomène : des tags il y en a un peu partout en ville et sur plusieurs bâtiments. La mairie devrait déposer plainte : "dès qu'il y a atteinte aux biens des Fuxéens, nous déposons plainte. L'affaire est suivie par le commissariat de la ville qui va devoir enquêter pendant des heures. Ça aussi, c'est payé par le contribuable ! "

La mairie comme la paroisse ne souhaitent pas s'étendre sur le sujet afin d'éviter qu'il s'en suive une polémique et pire encore : une récupération politique dans le contexte de l'élection présidentielle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité