Aude : deux personnes en garde à vue dans l'enquête sur un accident de manège mortel à Gruissan en 2018

Deux personnes viennent d'être entendues dans le cadre de l'enquète sur l'accident mortel d'un enfant à Gruissan en 2018. Un avocat et un proche du dossier ont été placés en garde à vue à la demande du procureur de la République de Narbonne dans cette affaire en cours d’instruction.

Un enfant de deux ans et demi est mort dans un manège à Gruissan, dans l'Aude - 28 mai 2018.
Un enfant de deux ans et demi est mort dans un manège à Gruissan, dans l'Aude - 28 mai 2018. © MAXPPP / Christophe Barreau

En début de semaine, sous l'autorité du Procureur de la République, deux personnes ont été placées en garde à vue, un avocat du barreau de Narbonne et un proche du dossier. Elles ont été entendues dans l'affaire du dramatique accident de manège qui a eu lieu le samedi 26 mai 2018 près de la plage des Chalets à Gruissan, provoquant la mort du petit Tylian âgé de 2 ans et demi. Une perquisition s’est également déroulée au cabinet de l’avocat.

Selon nos confrères de L'Indépendant, "Les enquêteurs souhaitaient vérifier des faits présumés de recel du secret de l’instruction, l’avocat ayant potentiellement eu accès à des informations sensibles qu’il aurait pu transmettre à ce proche du dossier.".

Un dramatique accident 

En mai 2018, le petit Tylian, âgé de 2 ans et demi, est décédé des suites d'un accident de manège, sur la plage de châlets, à  Gruissan dans l'Aude. L'accident ne s'est pas produit dans le cadre d'une fête foraine. Le manège en question est un petit train qui aurait été mis à disposition gratuitement. Le petit garçon se trouvait sur cette animation réservée aux enfants comprenant quelques wagonnets fermés par une chaînette et munis de ceintures de sécurité. L'enfant aurait essayé de descendre du train en marche avant d'être heurté par un wagon.

Victime d'un traumatisme crânien, l'enfant a été déclaré décédé sur place par un médecin du SMUR 11, avant l'arrivée d'un hélicoptère, selon les pompiers.

3 mises en examen pour homicide involontaire

La gérante du manège avait été placée en garde dès le lendemain du drame, ainsi que son mari et son fils, présents au moment des faits, dans le cadre d'une enquête ouverte pour "homicide involontaire aggravée par la faute délibérée".

Puis les gérants du manège et leur fils ont été mis en examen. Les trois personnes sont poursuivies pour homicide involontaire par violation délibérée d'obligations de sécurité. Selon le procureur en mai 2018, les défauts porteraient sur le système d'arrêt d'urgence du manège et sur l'information portant sur les règles de sécurité. Par ailleurs, les ceintures de sécurité dans les wagonnets de l'attraction n'étaient pas aux normes. Le couple, âgé d'une soixantaine d'années, et leur fils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Les deux hommes placés en garde à vue cette semaine ont été remis en liberté à l’issue de leur garde à vue. L'instruction est toujours en cours. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société décès