Carcassonne : la plateforme médico-logistique hôpital-Ehpad remonte la pente grâce à ses plats "fait maison"

Il y a dix ans, l’hôpital de Carcassonne et des Ehpad de l'Aude créaient la plateforme médico-logistique pour la confection des repas et le lavage du linge d’établissements de santé. Après avoir été déficitaire en 2018, la  PML se porte mieux grâce aux efforts entrepris.

La plateforme médico-logistique de Carcassonne où sont concoctés les repas "faits maison" ou presque.
La plateforme médico-logistique de Carcassonne où sont concoctés les repas "faits maison" ou presque. © A. Grellier/FTV

Il y a dix ans, l’hôpital de Carcassonne et plusieurs acteurs de la santé (des Ehpad surtout) créaient la plateforme médico-logistique. Un outil de mutualisation pour la confection des repas et le lavage du linge d’établissements de santé. En 2018, la PML accusait un déficit cumulé de huit millions d’euros qui constituait une part importante du déficit de l’hôpital de Carcassonne. En cause notamment, des défauts de gestion mais aussi la piètre qualité des repas proposés qui a eu pour conséquence le départ de plusieurs adhérents de cette structure.

Cuisine locale

Aujourd’hui, tout va beaucoup mieux et la PML est même bénéficiaire, grâce aux efforts entrepris, notamment dans la confection des repas sur la base de produits frais et locaux. Haricots-verts-vinaigrette : c'est d'ailleurs l'entrée du jour dans l'Ehpad de Chalabre pour le déjeuner. Un moment très attendu par les résidents !

Tout est bon, c'est à dire moi je mange tout...

Résident d'un Ehpad

"Cela a bon gout... oui c'est très bon..." sourient les résidents de la maison de retraite.

Révolution

Il y a encore trois ans, les repas étaient pourtant, de l'avis de tous, bien moins bons. Mais il n'y a pas eu de changement de fournisseur pour autant. Les plats sont toujours fabriqués dans la cuisine de la plateforme médico-logistique de Carcassonne qui a opéré une révolution dans sa manière de travailler.

On faisait beaucoup de produits industriels, on s'est remis en question et on propose beaucoup plus de "fait maison". Moussaka, pommes de terre  à l'ancienne.... Avant on décongelait des barquettes, maintenant on cuisine tout nous-mêmes et on mise sur la qualité pour que les anciens en profitent.

Cuisinier de la PML

Voir notre reportage à la PML de Carcassonne.

Bénéfices

Des efforts qui ont permis de redresser aussi les finances de cette structure, endettée à hauteur de 8 millions d'euros il y a trois ans, contre 6 millions et demi aujourd'hui. Cela a permis à la plateforme de gagner de nouveaux établissements adhérents. Tout en proposant des repas à l'unité moins chers.

Il ne fallait pas se tirer une balle dans le pied en réduisant la qualité mais retrouver une vraie qualité des repas pour pouvoir trouver de nouveaux débouchés.

Georges Saint-Jevin, directeur de la plateforme.

Il y a trois ans, l'Ehpad de Chalabre a failli quitter la plate-forme médico-logistique, très instisfait de la qualité des repas et de leur prix.

Avant les plats étaient insipides et les résidents ne s'alimentaient pas comme il faut mais depuis trois ans, on a une qualité gustative indéniable, et souvent ils demandent à acheter de nouveaux vêtements car ils grossissent.

Sylvie Soinnard, directrice d'Ehpad.

Les 105 employés de la plateforme médico-logistique de Carcassonne produisent aujourd'hui 3.800 repas par jour pour 18 établissements adhérents. Ils espèrent à présent séduire d'autres établissements.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie santé société alimentation retraites