La réserve de Sigean fermée pour faciliter les recherches de l'ourse disparue

Publié le Mis à jour le

Gendarmes de l'Aude et vétérinaires poursuivaient, lundi, les recherches d'une ourse échappée dimanche de la réserve animalière de Sigean, dont la fermeture a été décidée pour faciliter les recherches. L'ourse s'appelle Viviane. La réserve africaine rouvrira mardi.


Les responsables de la réserve africaine de Sigean ont pu vérifier qu'un seul animal manquait à l'appel, et non deux comme on l'avait d'abord cru, parmi les 20 ours qu'ils accueillent, une femelle née en 1982 et pesant 130 kilos, a déclaré le directeur de cabinet du préfet, Nicolas Martrenchard.

Les conditions dans lesquelles cette ourse s'est échappée ne sont pas encore totalement éclaircies, mais le parc à ours de la réserve a été fermé et des travaux entrepris lundi pour doubler la clôture.
"Nous avons par ailleurs décidé de fermer la réserve pour dissuader le maximum de gens de se rendre dans le secteur et nous faisons évacuer les camping cars du voisinage, car plus il y a de monde aux environs, plus l'animal se terre et moins nous avons de chance de le retrouver", a expliqué le directeur de cabinet à l'AFP.

70 personnes sont mobilisées pour les recherches avec un hélicoptère.


Une quarantaine de gendarmes sont mobilisés avec :
  • 5 patrouilles, 10 véhicules, 1 brigade nautique, 1 hélicoptère.
  • 9 pompiers dans 3 véhicules VLHR, dont 2 dans l'hélicoptère Dragon 66.
  • 4 membres de l'ONCFS (Office nationale de la Chass et de la Faune Sauvage) qui disposent de 2 chiens de Haute-Garonne (type chiens de berger pisteurs d'ours).
La présence de l'ourse avait été signalée par des passants dimanche vers 13h près de l'étang de Bages, non loin de la réserve, puis vers 15h près de Gruissan, une quinzaine de kilomètres plus loin.




Une quarantaine de gendarmes et deux vétérinaires armés de seringues pour endormir l'animal, sont à la recherche de l'ourse, assistés par un hélicoptère.
Ils devraient bénéficier lundi du renfort d'un chien des Pyrénées spécialisé dans la recherche des ours.
La femelle recherchée fait partie d'un groupe d'ours du Tibet que la réserve accueille depuis 1974.
Ces ours noirs se distinguent par un dessin de poils blancs en forme de V sur la poitrine.

Il s'agit d'animaux "tranquilles et relativement petits" et il n'y a "aucune raison qu'ils s'en prennent à l'homme", selon la réserve.
Les consignes de prudence de la préfecture en cas de rencontre avec ces plantigrades sont de ne pas se mettre à courir, ne pas les regarder dans les yeux mais de s'éloigner tranquillement.
Il est exclu de leur tirer dessus "car si l'animal était blessé il pourrait devenir beaucoup plus agressif et dangereux" selon la préfecture et il faut absolument tenir son chien. Il ne faut pas bloquer l'ours et s'assurer qu'on lui laisse une possibilité de partir.

Enfin, il ne faut pas tenter de les nourrir et il est recommandé "d'éviter de laisser les poubelles dehors car la nourriture pourrait attirer l'ours", ajoute la préfecture.
Consignes de sécurité transmises par la préfecture de l'Aude
En cas rencontre avec l’animal, il est recommandé de prévenir les secours et de :

Ne pas courir et rester calme
Ne pas essayer de l’approcher
Ne pas essayer de lui donner à manger
Garder un contact visuel mais ne pas regarder l’ours dans les yeux

  • Ne pas bloquer l’ours et s’assurer qu’il peut partir
  • Gagner tranquillement un endroit sûr
  • Ne pas essayer de l’abattre avec une arme : si l’animal était blessé, il pourrait devenir beaucoup plus agressif et dangereux
  • Si l’ours se montre menaçant (course en direction d’une personne notamment), lui faire face et se montrer plus fort que lui : faire du bruit avec des objets, crier et agiter vigoureusement les bras
  • Pour éviter tout contact avec un ours, l’idéal est des rester un maximum  enfermé chez soi et d’éviter de laisser les poubelles dehors car la nourriture pourrait attirer l’ours