• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le kite-surf et les dangers du vent sur le littoral du Languedoc-Roussillon

Saint-Pierre-la-Mer (Aude) - des kite-surfeurs s'entraînent sur la plage - mai 2015. / © F3 LR
Saint-Pierre-la-Mer (Aude) - des kite-surfeurs s'entraînent sur la plage - mai 2015. / © F3 LR

Après les morts de 2 kite-surfeurs en 6 semaines au Barcarès, emportés par une rafale de vent, la question de la sécurité se pose à nouveau. Le vent sur le littoral audois et sur la côte du Roussillon peut être un véritable piège et l'apprivoiser, ça s'apprend.

Par Fabrice Dubault


Une de nos équipes s'est rendue dans une école de glisse à Saint-Pierre-la-Mer dans l'Aude, pour suivre un entraînement.

Et tout commence sur le sable, avec un moniteur connaissant bien le spot. Car il faut déjà maîtriser le matériel et surtout le site avant de jeter sa voile au vent.
Tout d'abord les consignes de sécurité, la vérification du matériel, des nouvelles du vent et surtout de la prudence.

80% des accidents se passent au décollage donc aux abords de la plage.
Entre 30 et 40 noeuds de vent, force 8 Beaufort, vigilance. Au delà, seuls les sportifs expérimentés sont susceptibles de maîtriser leur planche ou kite.


La législation est encore assez souple mais la multiplication du nombre de pratiquants et de celui des accidents, notamment mortels, pourrait faire évoluer rapidement les choses.

Toutes les infos réglementaires sur le site du Comité national du kite.

Saint-Pierre-la-Mer (11) : kite-surf et sécurité
Reportage F3 LR : J.P.Laval et F.Guibal

 

Planche à voile et planche aérotractée (kitesurf) - Quelques conseils d'utilisation

Planche à voile
Quelle que soit la longueur, flotteur sur lequel le pratiquant se tient en équilibre dynamique et dont la propulsion est assurée par une voile solidaire

Planche aérotractée (kitesurf)
Quelle que soit la longueur, flotteur sur lequel le pratiquant se tient en équilibre dynamique et dont la propulsion est assurée par une aile aérotractrice

Limite à la navigation
Les planches à voile et aérotactées effectuent une navigation diurne à une distance d’un abri n’excédant pas 2 milles.

Abri  : tout endroit de la côte que l’engin et le pratiquant peuvent aborder, sur lequel ils peuvent trouver refuge et d’où ils peuvent repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques du moment.

Matériel obligatoire
Les planches à voile ou aérotractées effectuant une navigation à moins de 300 mètres de la côte ne sont pas tenues d’embarquer de matériel de sécurité.

Au delà de 300 mètres de la côte, l’équipement obligatoire est composé de :
- 1 aide à la flottabilité de 50 Newtons au moins ou une combinaison portée
- 1 moyen de repérage lumineux individuel, étanche ayant une autonomie d’au moins 6 heures

Dix principes d’usage

- 1 : Surveillez la météo régulièrement. Le vent et l’état de la mer changent très vite sur le littoral. Méfiez vous du vent de terre.

- 2 : Vérifiez sur les plages ou aux bureaux des ports les heures des marées, les avis de tempête éventuels, et la direction des courants.

- 3 : La pratique de la planche peut faire l’objet de recommandations particulières, diffusées au moyen de panneaux d’information sur les plages ou de pavillons spécifiques. En certains endroits elle peut-être interdite. Renseignez-vous auprès des surveillants de plage.

- 4 : Pour quitter le rivage, utilisez les chenaux balisés en surveillant la route de votre planche par rapport à celle des baigneurs, pêcheurs, plongeurs, et embarcations de toutes sortes.

- 5 : Vous devez respecter les règles de priorité applicables aux navires. Il vous est demandé de ne pas gêner les navires professionnels.

- 6 : Dans la zone côtière des 300 mètres, évoluez avec prudence, votre vitesse ne doit pas dépasser 5 noeuds (10 km/h). Il vous est interdit de vous éloigner à plus de 2 mille de la côte sous peine de poursuites.

- 7 : Le système d’attache du gréement à la planche doit-être toujours fiable. Le gréement doit être relié à votre planche et le rester même dans le cas d’une chute violente : au-dessus de force 3 beaufort, avec une mer formée, ne dégréez pas votre voile pour essayer de rentrer : laissez-la dans l’eau, elle fait office d’ancre flottante et ralentit votre dérive.

- 8 : En cas de difficulté, ne quittez jamais votre planche pour rentrer à la nage. Ne surestimez pas vos forces.

- 9 : Il est recommandé de naviguer à 2 au moins et de prévenir quelqu’un sur la plage de votre départ. Sachez rester visible.

- 10 : L’usage du harnais est une source d’économie d’efforts. Il est conseillé de porter une combinaison isothermique pour vous protéger du froid, souvent mortel. Partez toujours avec un cordage de rechange sur vous. La planche doit être munie d’un système de remorquage fiable à l’avant.

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus