VIDÉO. Des trésors romains retrouvés lors de fouilles, le long travail des chercheurs exposé en 2026

durée de la vidéo : 00h01mn57s
Des vestiges datant du 1er siècle avant Jésus-Christ jusqu'au 3e siècle de notre ère vont venir enrichir les collections du musée Narbo Via, à Narbonne. Ils ont été mis au jour par 160 chercheurs de l'INRAP lors de fouilles hors normes des berges de la robine réalisées entre 2016 et 2019. ©FTV

Des vestiges uniques datant du 1er siècle avant Jésus-Christ jusqu'au 3e siècle de notre ère vont venir enrichir les collections du musée Narbo Via, à Narbonne. Ils ont été mis au jour par 160 chercheurs de l'INRAP lors de fouilles hors normes des berges de la robine réalisées entre 2016 et 2019.

Pour la première présentation et la restitution de quatre ans de fouilles, il n'y a que quelques objets à découvrir mais la nécropole romaine de Narbonne fait figure de référence au niveau européen.

Sur ce genre de site, les fouilles programmées se font sur de petits espaces. Là, c'est une surface énorme et sur un site stratifiés. On a l'histoire de façon précise.

Valérie Bel, INRAP - responsable du chantier de fouilles des berges de la Robine

Quatre ans de fouilles... pour une exposition en 2026

De 2016 à 2019, 5 000m² ont été mis au jour sur les berges de la Robine, à Narbonne. 1 500 tombes du Haut-Empire romain ont livré des ossements, des objets et même des aliments offerts aux morts.

"Aujourd'hui, on arrive à faire des analyses dans certains vases où l'on décèle la présence de vins blancs, de graines ou de fruits. Cela permettra d'en savoir plus sur la vie quotidienne de ces premiers Narbonnais d'il y a un peu plus de 2 000 ans", explique Dominique Garcia, président de l'Inrap.

Inauguré en 2021, le musée Narbo Via va accueillir cet abondant matériel et il prépare déjà un grand rendez-vous en 2026.

Il y a toujours un délai car il faut que les chercheurs travaillent. Pareil pour une exposition, il faut travailler. C'est long. Tous les objets des fouilles seront visibles pour tous mais pas avant 2026.

Valérie Brousselle, directrice du musée Narbo Via

Des maisons romaines aux bâtiments narbonnais

Sur le terrain fouillé par les archéologues s'élèvent désormais des immeubles. Un aménagement longtemps retardé mais un désagrément qui semble aujourd'hui bien minime face à cette découverte.

"Tout est très structuré et on arrive à coordonner les calendriers pour à la fois effectuer des travaux de recherche archéologique et permettre aux projets d'urbanisme de se développer", se félicite Pierre-André Durand, préfet de la région Occitanie.

Ironie du sort, le musée Narbo Via se situe à quelques centaines de mètres seulement de l'antique nécropole romaine.