Aveyron : les descendants du peintre Toulouse-Lautrec déboutés, le château du Bosc reste la propriété des époux Putzola

Le château du Bosc, demeure de Toulouse Lautrec, n'est plus la propriété de ses descendants. Ce 15 septembre 2021, les époux Putzola jugés pour "abus de faiblesse" et "escroquerie" ont finalement été relaxés. Le Parquet a 10 jours pour faire appel.
Le château du Bosc, dans l'Aveyron
Le château du Bosc, dans l'Aveyron © Google map

En juin 2021, le Ministère public avait estimé que les époux Corinne et Jean-Claude Putzola, jugés pour "abus de faiblesse et de confiance" et "escroquerie", avaient profité de la vulnérabilité de Nicole Tapié de Celeyran, arrière-petite-nièce de Toulouse-Lautrec et occupante du château du Bosc jusqu'à son décès le 12 août 2016. Ce 15 septembre, ils ont été relaxés. Ils restent propriétaires de la demeure familiale où Henri de Toulouse-Lautrec passa une grande partie de son enfance puis ses étés en famille, à Camjac dans l'Aveyron.

Une décision "consternante" pour l'avocat des descendants de Toulouse-Lautrec

Joint par téléphone en début d'après-midi, ce mercredi, 15 septembre, Me Robert-François Rastoul se dit consterné. Il défend les intérêts de treize des quinze héritiers ayant porté plainte. 

Il reste convaincu que les époux ont profité de la vulnérabilité de Nicole Tapié de Celeyran, et qu'ils l'ont dépouillée de tout.

Tous les ingrédients de l'abus de faiblesse sont réunis. On lui a retiré sa carte bleue et son téléphone. On l'a privée de ses revenus. Et on a fait faire des procurations et des testaments totalement suspects. Je ne comprends pas qu'ils aient pu être relaxés.

Maître Rastoul, avocat d'un des plaignants

Le Parquet a 10 jours pour faire appel.

"Une instruction à charge"

Dans cette affaire, les époux Putzola avaient dénoncé "une instruction à charge". Me Elian Gaudy, leur avocat, avait répété que cet héritage avait été réalisé "en toute transparence".

Les époux Putzola, relaxés, ce mercredi 15 septembre 2021.
Les époux Putzola, relaxés, ce mercredi 15 septembre 2021. © FTV

Le procès des époux Putzola, poursuivis pour "abus de faiblesse", "escroquerie", "faux" et "abus de confiance", s'était tenu en juin dernier, à Rodez. Ces Héraultais étaient soupçonnés d'avoir profité de la vulnérabilité de Nicole Tapié de Celeyran, arrière-petite-nièce de Toulouse-Lautrec, pour faire main basse sur le château du Bosc.

Des testaments jugé supects

Les faits remontent à l'été 2015. Nicole Tapié de Celeyran, arrière-petite-nièce du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, fait la connaissance de Jean-Claude Putzola et de son épouse Corinne Marino, par l'intermédiaire d'une cousine par alliance. Alors âgée de 90 ans, Nicole Tapié de Celeyran vit dans le château du Bosc, à Camjac en Aveyron. 

© MaxPPP

Le couple de sexagénaires, lui, réside dans l'Hérault mais peu de temps après sa rencontre avec la nonagénaire, il s'installe dans les appartements privés du château du Bosc. Quelques semaines après cette installation, Jean-Claude Putzola et Corinne Marino apparaissent sur un testament de Nicole Tapié de Celeyran, aux côtés des héritiers naturels.
Trois autres testaments suivront, jusqu'au dernier où seul le nom des Putzola est inscrit. Quatre mois avant sa mort, Nicole Tapié de Celeyran désigne en effet le couple comme unique légataire du château du Bosc et du fermage de 22 hectares qui l'entoure.

Une demeure d'exception, maison familiale du jeune Henri de Toulouse-Lautrec

Ancien donjon bâti par Bérenger du Bosc en 1180, la bâtisse devient une forteresse médiévale avec douves et pont-levis, jusqu' à ce que la grand-mère du peintre, la Comtesse Raymond de Toulouse-Lautrec, née Gabrielle d'Imbert du Bosc, la transforme en une demeure familiale. Une demeure du 12ème siècle classée monument historique où Toulouse-Lautrec, natif du Tarn voisin, a passé une partie de son enfance.

L'artiste, mort en 1901, y est toujours présent à travers un ensemble de dessins d'enfants, d'objets personnels, d'affiches, de lithographies et de photographies.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société patrimoine culture