• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Pas de mesures concrètes” : l'Aveyronnais Olivier Savignac revient du sommet du Vatican sur la pédophilie

Olivier Savignac a obtenu la condamnation de son agresseur, 25 ans après les faits. / © Guillaume Souvant/AFP
Olivier Savignac a obtenu la condamnation de son agresseur, 25 ans après les faits. / © Guillaume Souvant/AFP

Olivier Savignac, victime d'un prêtre pédophile durant son enfance, a participé à la préparation du sommet du Vatican sur la pédophilie, qui s'est tenu du 20 au 24 février 2019. Celui qui a fait condamner son agresseur se dit déçu par l'absence de mesures concrètes, malgré un discours fort du pape.

Par Marie Martin

En tant que victime, il a été entendu par les organisateurs du sommet du Vatican sur la pédophilie dans l'église, à la veille de celui-ci.

Lui, c'est Olivier Savignac, défenseur très engagé des victimes de pédophilie dans l'église. L'Aveyronnais a "libéré" sa parole en 2008. Cette année-là, il retrouve trace sur internet de l'abbé Pierre de Castelet, le prêtre qui l'a agressé sexuellement lorsqu'il avait 13 ans, lors d'un camp organisé par le Mouvement eucharistique des jeunes pendant l'été 1993.
A force de ténacité, il parvient à faire condamner son agresseur et un ancien évêque coupable de silence. C'était le 30 octobre 2018.

Depuis, Olivier Savignac fait partie de ceux qui font s'effondrer le mur de silence et exhortent les autres victimes à faire de même. A ce titre-là, il a été invité à participer à la préparation de ce sommet inédit.

Pour lui, les organisateurs sont les personnes "les plus au fait de ces questions-là". Mais si l'on peut dire que les choses avancent, c'est timidement. "Je suis très déçu du manque de mesures concrètes", explique-t-il.

"Le discours du pape a été très fort mais les mesures annoncées sont minimes pour éteindre l'incendie. Il n'y a aucune mesure par rapport aux victimes. Certes, bon nombre des crimes pédophiles commis par des clercs, des religieux sont prescrits légalement mais l'église peut poursuivre, en levant - entre autres - le "secret pontifical" et la prescription. Le droit canon le permet". 
vidéo Youtube : Pédophilie dans l'Eglise : réactions d'Olivier Savignac après la conférence du Vatican
La pédophilie dans l'Eglise est au coeur des débats de la Conférence du Vatican qui se tient à Rome depuis le 21 février 2019 : réactions d'Olivier Savignac après le discours du Pape François.


Pourtant le pape François avait réclamé "du concret" dès le lancement des débats jeudi 21 février 2019, en distribuant une feuille de route en  21 points, qui ont effectivement été discutés par les 190 participants. 
Mais vraisemblablement, il s'agissait surtout de mettre devant leurs responsabilités les épiscopats d'Asie et d'Afrique qui ne sentent que peu concernés. Avant que la cocotte-minute n'explose, selon les victimes européennes.

Ce sommet a eu une grande importance, pour les experts, mais si rien n'est suivi d'effet, rapidement, le prochain scandale sera retentissant jusqu'en haut lieu. 

Olivier Savignac, lui, poursuit son travail d'aide aux victimes. Avec l'association "Notre parole aussi libérée", il entend lancer d'ici deux ou trois mois un vaste appel à témoin, en Aveyron, pour retrouver des victimes pour lesquelles les faits sont prescrits ou non.

Chaque semaine, 3 ou 4 personnes témoignent auprès de lui des violences sexuelles qu'elles ont subi. La parole n'a pas fini de se libérer...

Montpellier : une cellule d'écoute pour les victimes de pédophilie, unique en France

A Montpellier, le diocèse et le CHU ont signé une convention en 2016 sur ces questions de violences sexuelles. Une cellule psychologique indépendante installée en milieu Hospitalier ( le CriaVS-LR), joignable au 04 67 33 85 77.
 Une cellule essentielle si l'on veut que la parole se libère pour les victimes. 
" L'hôpital est un sanctuaire, où l'écoute et la prévention sont fondamentales", précise Wayne Bodkin, psychanaliste, et spécialiste des questions sur les violences sexuelles
Si l'écoute et la prévention sont essentielles reste deux points majeurs que les évèques se sont bien gardés d'évoquer ce week-end lors de cette conférence sur la protection des mineurs. Celui de la la prescription et de l'emprise. 
 "Le message est clair, l'auteur est responsable à 100 % de ses actes", ajoute  Wayne Bodkin.
En juin prochain Montpellier accueillera pour la première fois le 10eme congrés international francophone sur l'agression sexuelle.   
 

Sur le même sujet

Lozère : la baignade à nouveau autorisée dans le lac de Naussac près de Langogne

Les + Lus