• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Call Expert Languedoc-Roussillon mis en liquidation judiciaire avec 107 emplois supprimés

Saint-Christol-lès-Alès (Gard) - le plateau Call Expert déserté par les salariés qui sont en grève - 10 juin 2013. / © F3 LR
Saint-Christol-lès-Alès (Gard) - le plateau Call Expert déserté par les salariés qui sont en grève - 10 juin 2013. / © F3 LR

Le tribunal de commerce de Nîmes a prononcé, vendredi, la liquidation judiciaire de Call Expert Languedoc-Roussillon, un centre d'appel filiale du groupe Call Expert, qui emploie 107 salariés à Saint-Christol-lès-Alès dans le Gard.

Par Fabrice Dubault


Call Expert Languedoc-Roussillon était en cessation de paiement depuis le 24 juin.

Cette liquidation, demandée par le PDG du groupe, Bertrand Delamarre, intervient après un conflit social dur avec la CGT.
"Malheureusement on s'attendait à cela. Ils ont accéléré la procédure pour empêcher qu'un dossier de reprise ou un projet de Scop se monte", a dénoncé à l'AFP Bernard Vire, secrétaire de l'union locale de la CGT d'Alès.
Début juin, le PDG du groupe, Bertrand Delamarre, avait annoncé aux salariés que le site de St-Christol allait perdre à la fin de l'année 2013 son principal client, Go Voyages.

Réaction d'une syndicaliste CGT
Emilie Roucaute - Salariée Call Expert représentante CGT


Dès le 5 juin, la CGT avait lancé un mouvement social. Des tensions étaient alors apparues avec la CFDT et des salariés non grévistes.

Le ton était monté lors d'un comité d'entreprise extraordinaire le 24 juin à Nîmes. Bertrand Delamarre avait été retenu trois heures par certains salariés.
"Tandis que cette période de six mois aurait pu nous permettre de retrouver de nouveaux clients, certains salariés ont enchaîné des mouvements de grève et de confiscation des matériels contribuant à rendre ainsi la situation encore plus délicate", avait déploré Bertrand Delamarre dans un communiqué le 27 juin.
Pour la CGT, c'est la direction qui est à l'origine des dégradations qui ont empêché la reprise rapide du travail. Elle a accusé le PDG d'avoir laissé s'accumuler la dette sociale, alors que l'entreprise était en redressement judiciaire en 2011.

Vendredi, plusieurs salariés occupaient toujours le site, "afin de préserver l'outil de travail", selon M. Vire.

La direction a exigé leur expulsion par un référé devant le tribunal d'Alès.

Le centre d'appel de Saint-Christol a été créé en 2003 par lastminute.com. Il a été repris par Call Expert en 2007.
Selon Bertrand Delamarre cette liquidation judiciaire ne menace pas les autres sites du groupe.
Call Expert emploie près de 600 personnes à Abbeville.

Sur le même sujet

Manifestation du BTP dans le Gard

Les + Lus