Castellón et Olivenza donnent le coup d'envoi

Olivenza, samedi 5 mars. Une véronique à genoux pour commencer la saison 2016. Miguel Ángel Perera avait fini 2015 à Salamanque sur une dramatique blessure en toréant de la même façon. Ainsi font les toreros qui veulent marquer leur époque. / © El Mundo
Olivenza, samedi 5 mars. Une véronique à genoux pour commencer la saison 2016. Miguel Ángel Perera avait fini 2015 à Salamanque sur une dramatique blessure en toréant de la même façon. Ainsi font les toreros qui veulent marquer leur époque. / © El Mundo

Les ferias de Castellón et Olivenza s'achevant ce soir, il est prématuré d'en faire le bilan. Mais les premiers comptes-rendus donnent une idée de l'état des troupes en ce début de saison. Les toreros sont en bourre, les toros laissent à désirer et le public retrouve le chemin des arènes..

Par Joël Jacobi

Au nord-est de la péninsule, la feria de Castellón - ayant changé de programmateur - proposait un mélange de toreros locaux, de figures consacrées et de toreros réputés "médiatiques", ce qui désigne dans le jargon taurin des professionnels dont le nom et l'image apparaissent au moins aussi souvent dans la presse du cœur que dans les revues taurines.
Au sud-est, l'affiche d'Olivenza proposait comme d'habitude aux vedettes préférées du public du sud de commencer leur campagne européenne face à un bétail supposé plus aimable que celui des arènes de première catégorie.


Castellón. Jeudi 3 mars 2016.
Troisième spectacle de la feria de la Magdalena.Toros de Hermanos García Jiménez (1), Olga Jiménez (5 et 6),  Peña de Francia (2 et 3) et José Luis Marca (4), tous nobles et très sérieusement armés, à l'exception du 4 , plus « commode ».
Juan José Padilla: une oreille et une oreille.
Paquirri : silence et opinions contraires.
Vicente Soler (alternative): salut et deux oreilles. 

Entrée 6/10 (7000 personnes)

Castellón. Vendredi 4 mars 2016.
Quatrième spectacle de la feria de la Magdalena. Toros de Núñez Del Cuvillo, chétifs, faibles, mansos face au picador et offrant un pauvre jeu dans la muleta, à l'exception du troisième exemplaire.
Enrique Ponce: une oreille (un avis) et une oreille.
Sebastien Castella: silence et applaudissements.
José María Manzanares: une oreille et applaudissements

Entrée : 9/10 (12000 personnes)


Castellón. Samedi 5 mars 2016.
Cinquième spectacle de la feria de la Magdalena. Toros de Juan Pedro Domecq, très inégaux de poids (plus de 100 kilos d'écart entre le plus lourd et le plus maigre!), volume et armures, mais tous (sauf le premier, un tonton couleur pêche de 590 kilos aux charges douces) unanimement dénués de caste.
Alberto López Simón : Une oreille, une oreille et tour de piste (un avis).
Andrés Roca Rey : Salut, une oreille et applaudissements.

Entrée : 6/10 (7000 personnes)

Olivenza. Samedi 5 mars 2016.
Toros de Garcigrande et Domingo Hernández (5 et 6), généralement nobles et de peu de race. 

Diego Urdiales : une oreille et applaudissements (un avis)
Miguel Ángel Perera : une oreille (un avis) et applaudissements (un avis) 
Alejandro Talavante : deux oreilles (un avis) et une oreille.

Une corrida triomphale marquée par le rayonnement de Talavante, spectaculairement pris par son premier adversaire qu'il a ensuite toréé avec une grande profondeur. Perera faisait son retour en piste 172 jours après la dramatique voltereta de Salamanca. Comme il se doit, il a reçu son premier adversaire de sa saison exactement de la même façon qu'il avait reçu le toro de Salamanque… Ainsi font les toreros qui veulent marquer leur époque.

Entrée : No hay billetes (5400 personnes). 


Perera

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus