Coronavirus : les drives de la région de Toulouse pris d'assaut pendant le confinement

Faire ses courses en ligne, c'est désormais l'habitude prise par de nombreux Français en période de confinement. Les plateformes des enseignes d'hypermarchés qui pratiquent le drive sont prises d'assaut, notamment sur l'agglomération toulousaine et albigeoise.

En période de confinement, les Français préfèrent éviter de fréquenter les grandes surfaces et favoriser le retrait des courses en drive.
En période de confinement, les Français préfèrent éviter de fréquenter les grandes surfaces et favoriser le retrait des courses en drive. © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Aucun créneau disponible, commandes annulées, connexions impossibles, livraisons sous 5 jours... Avec le confinement, l'activité des drives bat son plein. Cet afflux de clientèle est parfois compliqué à gérer pour les enseignes qui pratiquent le retrait de paniers de courses en voiture ou la livraison à domicile.
 

Jusqu'à 6 fois plus de connexions


L'enseigne Carrefour a noté un pic d'activité sur la plateforme de courses en ligne. Selon le responsable presse Occitanie, "des problèmes de connexion peuvent être rencontrés et ils sont temporaires". "Nous avons recensé lundi plus de 20 000 connexions, soit 6 à 7 fois plus que d’habitude." Afin d'éviter des surchauffes, une file d’attente virtuelle a été mise en place.
 

Les confinés aiment cuisiner...


Même record du côté de l'Intermarché Albi Le Séquestre. 5 à 6 fois plus de connexions sur le site internet de commande en ligne. Avec seulement une dizaine de salariés au drive, l'afflux de commandes est difficile à gérer. Le directeur de l'hypermarché explique que le stock est correctement approvisionné mais que certains produits notamment ceux utilisés pour la cuisine (oeufs, farine, sucre...) peuvent poser problème. Visiblement, le confinement est source d'inspiration pour certains...
 

Pas de créneau avant 48 heures

"J'ai laissé tomber", raconte cette cliente, une mère de famille pourtant habituée aux courses en drive. "Je ne pouvais pas commander plus de 100 euros de courses et je n'avais pas de créneau avant 48 heures pour aller les retirer". Elle souligne que les produits non disponibles se multiplient sur les différents sites, comme le papier toilette, les pâtes ou les oeufs.

Renforcement des équipes Drive


Sur France Inter, le patron de Système U, Dominique Schelcher, a réaffirmé mardi qu'il y a "un certain nombre de ruptures" dans la chaîne d'approvisionnement. "Ces ruptures s'expliquent par les achats massifs juste avant le confinement". Aucune pénurie n'est à prévoir selon lui.

Pour l'enseigne Carrefour, les manquants en drive ne sont que temporaires. Concernant les règles d'hygiène, elles sont respectées  : "Au Drive, les collaborateurs disposent de gants et de solutions hydro alcooliques. Il n’y a plus de contact entre nos collaborateurs et nos clients."
Une explosion des demandes, à laquelle la marque a dû faire face  :  "les équipes drives ont été renforcées dès le début de la crise, mais nous avons organisé plus de rotations, avec des équipes « volantes » qui peuvent intervenir en renfort. "

Le calme après la tempête dans les supermarchés traditionnels


Sur l'Intermarché d'Albi Le Séquestre, on s'inquiète surtout de la baisse de fréquentation physique dans les supermarchés. Si les clients ont fait leurs pleins de courses au début du confinement, le directeur déplore une baisse de fréquentation notable dans son magasin, malgré que toutes les précautions nécessaires soient prises.
 


Des initiatives pour la livraison des aînés et des soignants

Face à ces difficultés rencontrées sur les services drive, les enseignes veulent assurer un service maximal aux publics prioritaires. Carrefour met en place pour les personnes âgées un numéro vert, qui sera en service à partir du 1er avril à Toulouse, pour commander des paniers alimentaires (couvrant les besoins des différents repas et boisson) et des paniers de produits hygiéniques avec une livraison à domicile gratuite. Un service que l'enseigne ouvrira aussi au personnel soignant, qui bénéficie d'un espace de commande prioritaire sur les plateformes en ligne.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société