• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Coupe d'Europe : Montpellier prend l'eau face à Bath 5 - 30

L'entraîneur du MHR, Fabien Galthié, a le visage des mauvais jours après le défaite de son équipe face à Bath en coupe d'Europe de rugby - 5/12/1014 / © PASCAL GUYOT / AFP
L'entraîneur du MHR, Fabien Galthié, a le visage des mauvais jours après le défaite de son équipe face à Bath en coupe d'Europe de rugby - 5/12/1014 / © PASCAL GUYOT / AFP

La déroute des rugbymen montpelliérains face aux Anglais de Bath fait plonger un peu plus le club dans la crise. C'est la 6ème défaite consécutive des hommes de Galthié toutes compétitions confondues. Et la triste conclusion des ambitions européennes de l'équipe cette saison. Déclarations d'après match.

Par avec AFP


Sous une pluie dilluvienne et sur une pelouse gorgée d'eau, le MHR a encaissé hier vendredi 5 décembre, à l'Altrad Stadium, sa plus sévère défaite en Coupe d'Europe, faisant montre pendant cinquante minutes d'une rare impuissance. D'indiscipline aussi, 10 pénalités et 2 cartons jeunes pendant la première mi-temps par exemple. Défait 30 à 5, le MHR qui n'a plus gagné depuis presque 2 mois, n'a pas réussi à sortir la tête de l'eau.

Déclarations de Fabien Galthié, entraîneur du MHR, qui veut rester positif malgré la situation très délicate du club : 
"Ce n'est pas un mauvais match, il y a eu des choses intéressantes. Quand on a joué trente minutes à quatorze, nous avons pris les trois essais. On a fait des petites erreurs, propres à une équipe fébrile et en manque de confiance. Ce n'est pas bon au niveau du rugby, mais c'est mieux au niveau des bases. C'était déjà le cas lors du match à Lyon. Les joueurs vont sortir la tête de l'eau comme ils avaient rebondi l'an passé."

Images de 2 essais de la rencontre, un (sur 3) pour Bath, et le seul essai de Montpellier : 

MHR - Bath : un duel dans la boue remporté par les Anglais
en images, l'un des essais de Bath et le seul essai de Montpellier en fin de rencontre - 5/12/2014


Les Héraulthais ont été dominé par les Anglais, subissant l'ascendant du pack anglais, nettement supérieur en mêlée et sur les mauls pénétrants. Occupant avec pragmatisme le camp montpelliérain, Bath a ébauché son succès grâce à un drop et deux pénalités de l'ouvreur Ford. Puis a conclu la première période par 2 essais dans le dernier quart d'heure.
Dix minutes après la pause, les Anglais ont ajouté un troisième essai, menant alors de trente points (0-30). Montpellier a sauvé l'honneur en marquant un essai en fin de match par Alex Tulou.

Déclarations de Thibaut Privat, capitaine du MHR : 
"On voulait trouver autre chose que ce que nous avons trouvé dans ce match. Encore une fois on est dans le dur. C'est dur, c'est dur. On est dans une période difficile, on essaie de s'en sortir. On essaie de trouver des solutions, mais pour l'instant cela ne marche pas. Ce n'est pas pour ça qu'il faut baisser les bras. C'est difficile, mais il faut continuer à se battre. Heureusement que le groupe est uni. Il faut que l'on reste main dans la main. Il n'y a que comme ça que nous y arriverons. On est déçus, abattus, un peu KO. Que dire après un match comme ça ? On est tous des grands garçons, on voit ce qui s'est passé. Je ne sais pas si on a touché le fond, mais on va tout faire pour rebondir. Il faut essayer de ne pas voir tout en noir même s'il faut voir
les choses en face."


Déclarations de Robins Tchale-Watchou (deuxième ligne de Montpellier):
"C'est une soirée sans. On veut retenir l'envie que nous avons mis. On avait envie, mais le sort était un peu contre nous. Tout ce que nous avons fait n'a pas marché. On a fait quelques erreurs que nous avons payées cash. On va baisser la tête, on va continuer à travailler. Le meilleur reste à venir, au bout d'un moment cela va tourner. Il y a des moments où on tourne un peu en rond. On se morfond, on est mauvais, on doute, on est un peu fébriles. C'est la conjugaison de tout ça qui explique notre situation (...) C'est une dure leçon d'humilité. Durant un moment, on avançait (...) On était content, cela se passait bien. Aujourd'hui, c'est plus dur, difficile (...) On s'est filé comme des abrutis, des fois un peu trop. On a besoin de se reconstruire, mais cela ne se fera pas en deux jours. Nous avons les hommes pour ça, on a l'envie. Est-ce que l'on a le temps?"

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus