Covid-19. Pour casser l’épidémie, le Staps de Tarbes et d’Anglet est fermé

Publié le Mis à jour le

Pour casser "le cluster naissant", la direction du Staps en accord avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a décidé de fermer le site de Tarbes et son antenne d’Anglet durant douze jours. Les cours magistraux sont assurés en distanciel aux 900 élèves.

"En une semaine, plus d’une vingtaine d’étudiants en première année étaient positifs à la Covid. Puis 5 à 6 dans les autres promos... Les étudiants ne se déclarent pas tous ou passent entre les mailles du filet. On se donne 12 jours pour casser la dynamique de contamination", explique Eric Margnes, le directeur du Staps, Sciences et techniques des activités physiques et sportives de Tarbes.

Depuis la rentrée scolaire de janvier, les cas positifs n’ont cessé d’augmenter, certains enseignants ont également contracté le virus. Pour enrayer cette dynamique épidémique et "casser ce cluster naissant", le directeur du Staps de Tarbes, Eric Margnes en accord avec l’Université de Pau et des pays de L’Adour ,a décidé de fermer pour une durée de 12 jours le Staps de Tarbes et son antenne à Anglet.  "On espère que cela suffira pour reprendre nos cours jusqu’à la fin du semestre", rajoute le directeur.

Cours magistraux assurés en distanciel

700 élèves sur le site de Tarbes et 200 à Anglet sont concernés, ils pourront suivre les cours en distanciel, assure le directeur : "les cours continuent sur la base de l’emploi du temps habituel, il n’y a que les cours de pratique sportive qui sont reportés".

Noémie Bergeres, étudiante au Staps de Tarbes en 2ème année management du sport et secrétaire de l'association tarbaise des étudiants en Staps, confirme le pic de contamination de cette semaine.

"Je peux comprendre cette décision la direction nous a expliqué vouloir frapper un bon coup, assurer les cours en distanciel afin de reprendre dans 12 jours et de voir si cela a eu un impact positif. Est-ce la meilleure solution ? Je ne sais pas, dans tous les cas, tant que les professeurs nous font cours et que cela ne nous impacte pas, il n’y a pas de soucis".

Des professeurs qui semblent être proches à l’écoute des élèves et aguerris à l’exercice des cours en distanciel.

"8 heures de cours devant un ordinateur ce n’est pas facile", explique Noémie, "les professeurs s’adaptent. Si un élève a des problèmes de connexion, ils essaient de trouver des solutions, le système est bien rodé". Compte tenu de son emploi du temps en deuxième année, si il y a des cours à rattraper, Noémie pense que cette situation ne devrait pas poser de problème. "Il y aura une possibilité de lissage pour rattraper le retard. Pour les masters et autres spécialités, cela pourrait être plus compliqué". La reprise des cours en présentiel est prévue le lundi 31 janvier.

Une situation qui pèse sur une équipe pédagogique en sous-effectif  

Cette situation vient compliquer le travail d’une équipe pédagogique déjà contrainte et impactée par le manque d’enseignants. A la suite des mouvements de grève des étudiants il y a quelques mois "Staps oubliés", concernant le sous-encadrement des Staps, le ministère de l’Enseignement supérieur devait débloquer deux postes d’enseignants chercheurs à Tarbes et à Anglet.

Le directeur du Staps de Tarbes ne manque pas d’exprimer toute son inquiétude face à cette situation,

Nous sommes vraiment dans l’expectative, des promesses qui n’arrivent pas, d’abord fin décembre, puis désormais le rectorat nous parle de fin janvier, j’ai du mal à comprendre. Heureusement que l’on a une équipe investie, mais à force elle risque de s’épuiser et j’ai bien peur que les étudiants se remettent en grève devant l’absence de réaction du rectorat d’Aquitaine.

Eric Margnes, directeur Staps Tarbes

Deux postes très attendus qui viendraient épauler deux sites sous-encadrés. Les professeurs de Tarbes sont parfois obligés de se déplacer pour faire cours à Anglet et certains cours sont assurés depuis Tarbes en visioconférence pour les étudiants d’Anglet. "En 4 ans on nous a promis des postes qui ne sont toujours pas arrivés, 4 à Anglet sur les 6 demandés, 3 sur 6 à Tarbes et avec Parcoursup on nous demande d’accueillir davantage d’étudiants", précise Eric Margnes.

La plateforme Parcoursup s’ouvre demain vendredi 21 janvier, 300 places sur les deux sites sont disponibles. Selon nos informations, le manque d'enseignants est criant, il n'y aurait en effet  qu'une vingtaine de professeurs pour 700 étudiants tarbais.

Pour la jeune étudiante Noémie, la situation n'est plus tenable :

Il nous manque beaucoup de profs. A Tarbes nous avons des enseignants très investis, il y a une bonne équipe, mais on a des profs qui enseignent jusqu’à 5 matières, ce n’est plus possible.

Noémie Bergeres

Etudiante 2ème année Staps Tarbes

La grogne monte dans tous les Staps de France, partout le manque d’enseignants se fait sentir et les promesses du ministère de l’Enseignement supérieur ne semblent pas se concrétiser.

Le mouvement Staps oubliés pourrait rapidement reprendre au plan national et à Tarbes. "C’est compliqué de réunir les étudiants et les professeurs ici à Tarbes et d’avoir une visibilité car nous ne sommes que 700 étudiants mais il faut que l’on arrive à se faire entendre", précise Noémie. Une réunion de l’association nationale des étudiants en Staps (ANEStaps) s’est tenue mercredi 19 janvier à Paris et des manifestations ou mouvements de grève pourraient avoir lieu très prochainement sur les campus universitaires, partout en France.