Covid : l'Occitanie parmi les régions les plus touchées par le variant anglais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Gayet
<p>Analyse de tests PCR pour détecter les variants dans un laboratoire de virologie.</p>
Analyse de tests PCR pour détecter les variants dans un laboratoire de virologie. © JO?L PHILIPPON / MAXPPP

Les résultats préliminaires de la deuxième "enquête flash" sur les tests PCR positifs, montrent que les variants gagnent du terrain. Au 27 janvier au moins 14% des malades de la Covid-19 en France sont touchés par un variant du virus. Ce taux monte à 20,2% en Occitanie.

Ce sont les derniers chiffres publiés par l'Agence régionale de santé dans son dernier bulletin épidémique du 4 janvier. La présence des variants sur le sol français s'accélère. La part des malades atteints par ces nouvelles formes est passée d'environ 3,3% des testés le 8 janvier à 14% au 27 janvier. Il s'agit de la deuxième enquête flash sur les tests PCR permettant de déterminer la présence des variants.

En France, ce sont :

  • 14% de suspicions de variant anglais pour les 78 laboratoires utilisant les machines Thermo Fisher Scientific 
  • 14,6% de suspicions de variant anglais, sud-africain ou brésilien pour 45 laboratoires utilisant une autre technique de repérage

Les données qui ont permis d'établir ces pourcentages sont basées sur les remontées d'environ 130 laboratoires répartis sur 15 régions. 

Les résultats montrent une grande disparité en fonction des régions. 

L'Occitanie parmi les régions où la présence du variant anglais est l'une des plus fortes

Le 20 janvier dernier, l'ARS Occitanie communiquait sur la présence de deux variants de la Covid. 10 cas du variant avaient été récensés. Parmi eux, 8 cas sont liés au variant du covid-19 identifié en Grande-Bretagne et 2 sont liés au variant sud-africain. La présence de deux des variants connus à ce jour est donc avéré.
Comme on le constate sur la carte des répartitions des cas de variants par département, l'Occitanie est la région la plus concernée par la présence du variant anglais. Avec 20,2% de cas sur le nombre de personnes testées positives, elle est la région où le B.1.1.7, aussi appelé VOC 202012/01, nom scientifique de la mutation venant de la Grande Bretagne, est la plus touchée (criblage TFC).

Choisir sur l'infographie le type d'analyse des données en choisissant le type de variant.

 

Pas de variant brésilien en Occitanie

A ce stade, il n'y a pas d'indice sur la présence en Occitanie du variant brésilien dont on sait qu'il est présent sur le sol français dans le Var, en Rhône-Alpes et à la Réunion. Sa circulation est pour le moment minoritaire en France.

A contrario, le variant anglais représente désormais 14 % des cas de contaminations en France. Les autorités prévoient qu'il pourrait devenir majoritaire d'ici le mois de mars.

 

Nouvelles règles pour les personnes mises à l'isolement pour les variants sud-africain et brésilien

Une note de la direction régionale de la santé, révélée par le Parisien, indique que de nouvelles règles devront s'appliquer pour les personnes malades de la covid, notamment en matière d'isolement. 

Dans cette note, il est précisé que "tout test antigénique ou test PCR positif devra "obligatoirement" être suivi d'un nouveau prélèvement dans les 36 heures qui suivent. Ce test "PCR de ciblage" permettra de savoir si le patient a été contaminé par un variant.

Dans les écoles, le protocole sanitaire devra se durcir pour les contaminations liées aux variants sud-africain ou brésilien. Si un élève est infecté, la classe sera automatiquement fermée. Et l'ensemble des élèves et des enseignants devront faire l'objet d'un test. Par ailleurs, dans le cas où un élève est cas contact d'un parent ou de ses frères et sœurs qui est infecté par l'un des deux variants, la classe devra aussi fermer.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.