Dans les mosquées de Midi-Pyrénées, un prêche contre le terrorisme et le risque d'amalgame

La mosquée As-Salam de Toulouse accueille 1 500 à 2 000 fidèles chaque semaine. / © Ch. Neidhardt / France 3
La mosquée As-Salam de Toulouse accueille 1 500 à 2 000 fidèles chaque semaine. / © Ch. Neidhardt / France 3

Partout dans la région, pour la grande prière du vendredi, les imans ont exhorté les fidèles musulmans à se battre contre le fanatisme et ont prêché contre le terrorisme. Mais aussi contre le risque d'amalgame avec l'ensemble des musulmans. 

Par Fabrice Valery

Journée de deuil et de recueillement dans les mosquées de France et donc également dans celles de notre région pour la première grande prière du vendredi depuis les attentats de Paris du 13 novembre. Partout, un texte, validé par le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a été lu. Un texte pour lutter contre le fanatisme, la violence aveugle et le terrorisme.

C'était notamment le cas dans la plus grande mosquée de Toulouse, la mosquée As-Salam, installée dans le château Tabar. Là, parmi les très nombreux fidèles présents ce vendredi, avaient pris place des représentants d'autres religions comme le rabbin de Toulouse ou encore un représentant bouddhiste, des élus et un représentant de l'Etat. 

A Toulouse, Colomiers, Albi ou Millau, partout, le même discours : condamner les attentats, dénoncer le fanatisme et le terrorisme mais également prévenir la communauté musulmane contre le risque d'amalgame. A Toulouse, plusieurs actes anti-musulmans se sont déjà déroulés depuis les attentats de Paris.  
Prière dans les mosquées
A Toulouse comme ailleurs de nombreux musulmans se réunissent pour crier leur rejet des barbares jihadistes - Neidhardt/Denoun


A Millau, une marche blanche a réuni la communauté musulmane entre la mosquée et l'hôtel de ville :
Marche blanche des musulmans de Millau
A Millau, les musulmans ont marché contre le terrorisme.
Voici un extrait du "prêche solennel" du CFCM : 

"Nous avons tous suivi avec horreur et désolation la vague d’attentats meurtriers qui ont ébranlé notre pays, le vendredi 13 novembre dernier.

En tant que citoyens français de confession musulmane, nous sommes tous concernés par ce drame.

D’une part, parce qu’à l’instar de tous les citoyens français, nous sommes des cibles potentielles de ce genre de tueries aveugles.

D’autre part, parce que ces actes criminels ont été perpétrés par des enfants de France qui se prévalent de l’islam et qui se considèrent comme des martyrs engagés dans une entreprise djihadiste.

Il est évident que l’ensemble des musulmans de France dénonce sans équivoque ces attentats tragiques et se démarque de l’idéologie qui nourrit les auteurs de ces actes inqualifiables.

Il est légitime de se demander si – en tant que musulmans – nous devions, encore une fois, nous justifier devant nos compatriotes, comme si nous étions des « présumés coupables ».

Mais devant les amalgames et les confusions qui risquent de nous faire subir une nouvelle vague de stigmatisations et d’actes islamophobes, nous ne devons jamais nous lasser de dire et redire haut et fort que l’islam authentique est à des années-lumière de l’idéologie de haine de ces criminels terroristes.

Nous ne devons jamais nous lasser de réaffirmer notre rejet catégorique et sans ambiguïté de toute forme de violence ou de terrorisme, qui sont la négation même des valeurs de Paix et de Fraternité que porte l’Islam.

Ces groupuscules terroristes qui ont semé la terreur dans le monde ne sont que l’incarnation actuelle d’une idéologie ancestrale d’un groupe de dissidents qui ont combattu les compagnons du Prophète SAW."

Sur le même sujet

Les + Lus