Des élus d'Occitanie demandent un moratoire sur le déploiement de la 5G

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, 70 maires et députés plaident pour un moratoire sur le déploiement du réseau 5G.
Marc Péré, le maire de L'union (31), fait partie des signataires. Il explique ses doutes et ses craintes sur l'impact de ce projet gouvernemental.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © MaxPPP
Marc Péré, maire de L'Union (31) mais aussi Michel Larive et Bénédicte Taurine, députés de l'Ariège (FI), sont tous les trois signataires de la tribune parue dans le JDD, dans laquelle près de 70 d'élus de gauche et écologistes, demandent au gouvernement un moratoire sur le déploiement de la 5G et la tenue d'un débat démocratique décentralisé sur cette question.

L'enjeu stratégique voulu par E. Macron


Le président s'est exprimé lundi 14 septembre sur la nécessité pour la France de "prendre le tournant de la 5G" et que "sur la 5G comme sur d'autres sujets, on ne devait dépendre d'aucune puissance non européenne". Et d'ajouter, en se moquant de la communauté religieuse américaine Amish vivant comme au 18ème siècle : 
"J'entends beaucoup de voix qui s'élèvent pour nous expliquer qu'il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l'écologie contemporaine".
 

Nous avons contacté Marc Péré, pour connaitre son opinion et les raisons pour lesquelles il avait signé cette tribune aux côtés de maires de grandes villes comme Bordeaux, Lyon ou encore Marseille.
Ses interrogations sont nombreuses.

Une décision de l'U.E

En préambule, l’élu précise que le déploiement de la 5G émane d’une directive de l'Union Européenne. « L’Europe demande à tous ses états membres de déployer la 5G avant la fin de l'année 2020 dans toutes les zones peuplées, les métropoles et les grandes villes ».

L’impact de la 5G sur les territoires ruraux

L'élu nous explique qu'il travaille sur la 5G depuis des années et en connait les opportunités et le "miracle technologique". 

La 5G c'est génial, on multiplie par 100 le débit et on divise par 35 le temps de latence. Mais...

Marc Péré - maire de L'Union (31)


(...) Mais si on installe la 5G dans les grandes villes, de nouvelles applications vont se développer grâce à cette technologie et dans le même temps on va créer une rupture territoriale avec les zones rurales, qui même si elles ont la 4G, ne pourront pas suivre cette évolution.
Dans le même temps, les opérateurs vont arrêter d'installer la 4G dans les zones rurales.
En créant des concentrations sur les zones urbaines au détriment des zones rurales, cela a forcément des conséquences pour une société. Se pose alors la question majeure de l'avenir des territoires ruraux, qui pour certains ne sont pas encore équipés en réseau 4G ».

 

Les conséquences environnementales

On sait dit Marc Péré, que l'influence de la production d'énergie sur le réchauffement climatique est responsable de 40 % des émissions de dioxyde de carbone.
Si on me dit qu'avec la 5G on va multiplier par 2 ou 3 l'énergie nécessaire au fonctionnement des nouvelles applications, je souhaite qu'on ait les chiffres et qu'on réfléchisse sur l'impact environnemental.

Les conséquences sur le travail

"La mère des questions : quel est le sens du progrès si demain on marie la 5G avec l'intelligence artificielle ? Ca sera une révolution dans l'organisation sociale. De nombreux métiers vont disparaître. Alors si on fait tout ça pour avoir 2 millions de chômeurs en plus c'est suicidaire, s’emporte l’élu.
Il faut réfléchir aussi à la place du travail dans notre société et au partage du travail".

Le rapport aux citoyens

"La suspicion sur les réseaux de téléphonie n’est pas récente, elle date de la 4G".
De nombreux élus se sont heurté à l’hostilité de leurs administrés lorsqu’ils ont voulu installer une antenne 4G ou les compteurs Linky.

 Il faut impliquer la population dans ces choix, il faut un débat démocratique. Si on ne le fait pas on va dans le mur.

Marc Péré - maire de L'Union (31)

 

Plusieurs voix s'élèvent en faveur d'un moratoire

Des réserves sur l'utilité réelle de la 5G et les effets des ondes éléctromagnétiques ont été exprimées par 98% des participants à la Convention citoyenne pour le climat mise en place par Emmanuel Macron. Ces citoyens ont voté un moratoire pour demander des études sanitaires préalables.

MySmartCab est une plateforme d'actions collectives au service des citoyens, créée en 2016 par l'avocat toulousain Christophe Léguevaques. Elle prépare en ce moment une action collective en justice visant à aboutir à un moratoire. Dans un récent sondage pour une étude réalisée par MySmartCab, il ressort que 67,7% des Français qui ont répondu à ce sondage, "jugent nécessaire" le moratoire sur le déploiement de la 5G. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie numérique économie société technologies santé région occitanie politique