Fermeture des écoles, collèges, lycées, universités : la mesure choc contre le coronavirus, les réactions en Occitanie

Le président de la République a annoncé ce jeudi soir une série inédite de mesures pour lutter contre la propagation du virus dont la fermeture de tout le système scolaire et universitaire.

© AFP
Alors que le Covid-19/Coronavirus se propage à grande vitesse en France, y compris dans la région Occitanie où l’on compte désormais plus de 150 cas avérés à la date du 12 mars, Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi soir des mesures exceptionnelles pour lutter contre sa propagation.

Tous les établissements accueillant les enfants et les jeunes fermés

Le président de la République a donc annoncé la fermeture à compter de lundi 16 mars de tous les établissements qui accueillent des enfants et des jeunes, qui, s'ils sont moins touchés que les aînés, sont des vecteurs de transport du virus. Crêches, écoles, collèges, lycées et universités sont concernés. 

Des mesures déjà en vigueur dans les zones les plus touchées, notamment depuis mercredi dans 16 communes à l'est de Montpellier. 

La santé "priorité absolue"

Nous avons une priorité absolue : notre santé" a martelé Emmanuel Macron indiquant que la priorité sera donnée dans le système de santé français au traitement de la maladie et des plus vulnérables. 

Les interventions non-urgentes prévues à l'hôpital seront reportées. 

Les municipales maintenues 

Les élections municipales 2020 sont donc maintenue à trois jours du premier tour de scrutin qui va se dérouler dimanche 15 mars. Des mesures seront prises pour que les plus fragiles, les personnes âgées notamment, puissent voter sans file d'attente, avec le moins de contacts possibles. 

Télétravail et aides aux entreprises

Emmanuel Macron a également annoncé qu'il demande aux entreprises de faire en sorte qu'un maximum de salariés puisse travailler à domicile.

En outre, face à la crise économique qui s'annonce, le président de la République annonce des mesures d'aides exceptionnelles, des reports d'échéances fiscales pour les entreprises et le lancement d'un plan de relance économique. 

La situation en Occitanie

Dans notre région, les cas les plus nombreux se trouvent dans l’Hérault, où notamment les établissements scolaires ont été fermés dans 16 communes sans attendre les mesures annoncées ce jeudi soir. 
Ce jeudi, l’agence régionale de santé (ARS) a également indiqué que 13 cas confirmés avaient été diagnostiqués en Haute-Garonne. 

Plusieurs parlementaires ont aussi été touchées dont deux députées de Haute-Garonne, Elisabeth Toutut-Picard et, on l’a appris ce jeudi, Sandrine Mörch. Leur état n’inspirant pas d’inquiétude elles sont en isolement à leur domicile. 

Les réactions à l'allocution du président de la République 

Le maire de Montpellier comprend globalement les décisions annoncées mais il s'étonne: "On ferme les écoles pour ne plus accueillir les enfants mais on les ouvre dimanche pour que les citoyens viennent voter. C'est antinomique. Il fallait aussi annuler les élections".


On ferme les écoles pour ne plus accueillir les enfants mais on les ouvre dimanche pour que les citoyens viennent voter. C'est antinomique. Il fallait aussi annuler les élections (P. Saurel, maire de Montpellier)


Mickaël Delafosse, candidat divers gauche à la mairie de Montpellier:  "Le temps n’est pas aux polémiques mais à l’unité pour que notre pays surmonte dans les meilleures conditions cette crise. Nous avons la responsabilité de prendre soin des autres. Faisons tous bloc pour surmonter la crise".


Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée LREM du Tarn applaudit la déclaration d'Emmanuel Macron sur twitter: "Un discours clair, sincère et digne d’un chef d’état à la mesure de la crise sanitaire que nous vivons. Des mesures efficaces et concrètes ! Fermetures des crèches, écoles, collèges, lycées et universités . Soutien aux entreprises. Santé et économie à sauver quoiqu’il en coûte !

Gilbert Collard, député européen et ancien député du Gard: "Fallait-il attendre 1000 morts italiens pour comprendre la gravité du coronavirus ? Nous aurons surement des mesures de fermetures de frontières mais il faudra les prendre à l’échelle européenne: la lutte contre le nationalisme avant la lutte contre le Covid19".

Nadia Pellefigue, candidate à la mairie de Toulouse (La gauche, l'écologie, les Toulousain-es): "S'il convient de ne pas céder à la panique, la période commande une prise de responsabilité de tous. Dans les semaines qui viennent, nous devons faire face à une période de troubles sanitaires et économiques profonds".

Sylvie Pinel, ancienne ministre et députée du Tarn-et-Garonne "salue" les mesures annoncées par Emmanuel Macron. "Faisons preuve de solidarité et d'unité face à cette crise. Protégeons les plus vulnérables et redisons notre gratitude aux soignants. Une réponse européenne est en effet nécessaire pour coordonner nos forces". Même réaction pour Valérie Rabault. La député PS du Tarn-et-Garonne salue les annonces du Président de la République.

Du côté des Universités, c'est le branle-bas de combat comme à Nîmes: "L'université se prépare à la fermeture à partir du lundi 16 mars 2020. Nous vous informerons dès demain de toutes les étapes de ce processus et des formalités". Une information ralyée par le ministre Blanquer lui-même: "Chaque académie y est préparée sur le plan pratique et pédagogique. Le déploiement de notre système d’enseignement à distance va s’enclencher pour toute la France".

​​​​​​​
Les gestes qu'il faut respecter
Pour freiner la propagation du virus, il appartient à chacun d’entre nous de mettre en place les mesures barrières recommandées :
  • se laver régulièrement les mains avec du savon
  • tousser ou éternuer dans son coude
  • utiliser des mouchoirs à usage unique
  • porter un masque quand on est malade
  • éviter les poignées de main et les embrassades.
En cas de symptômes (toux, fièvre) il est demandé de rester chez soi et d’appeler le 15. Il est demandé de ne pas se rendre chez son médecin, ni aux urgences de l’hôpital.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique élections municipales 2020 élections