Alès : l'élection municipale validée par le tribunal administratif de Nîmes, après deux recours de candidats battus

Neuf mois après le scrutin, l'élection municipale de la ville d'Alès a été confirmée ce vendredi par le tribunal administratif de Nîmes. Les recours déposés par deux candidats battus en mars dernier ont été rejetés. Avec 57% des suffrages, Max Roustan, maire LR sortant, reste donc bien en fonction.
L'élection du maire LR Max Roustan a été validée par le tribunal administratif de Nîmes.
L'élection du maire LR Max Roustan a été validée par le tribunal administratif de Nîmes. © MICHAEL ESDOURRUBAILH / Maxppp
Les résultats de l'élection étaient contestés par Paul Planque (le Printemps Alésien, près de 23%) et Marc Peyroche (Alès en commun, près de 4%). 
 
Les deux opposants au maire élu contestaient les comptes de campagne de la liste de Max Roustan.
Le conflit portait également sur Christophe Rivenq, co-listier du maire élu, ancien directeur général des services démissionnaire, mais considéré en poste par les deux candidats battus. Le tribunal administratif de Nîmes n'a pas considéré ces éléments susceptibles d'invalider l'élection. 
Premier adjoint au maire, Christophe Rivenq est devenu en juillet président d'Alès Agglo. 
 
La décision pourrait désormais faire l'objet d'un appel devant le Conseil d'État.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections