Gard : deux hommes tués par balles dans une scierie près d'Alès, le tireur en fuite recherché par les gendarmes

Deux hommes ont été tués par balles ce mardi matin, aux Plantiers, dans les Cévennes gardoises, à l'ouest d'Alès. Il s'agit de l'employé d'une scierie : il a tué son patron et un collègue. En fuite dans la forêt, ce trentenaire est activement recherché par quelque 200 gendarmes. 

Double meurtre dans une scierie aux Plantiers, dans le Gard. Le tueur est en fuite, le village cévenol est cerné par les gendarmes.
Double meurtre dans une scierie aux Plantiers, dans le Gard. Le tueur est en fuite, le village cévenol est cerné par les gendarmes. © C.Métairon/FTV

Un homme a tué par balles ce mardi matin son patron âgé de 55 ans et un employé de 40 ans dans la scierie où il travaillait depuis environ un an, aux Plantiers dans les Cévennes gardoises.

Après ce double meurtre, il a fui dans la forêt. Ce cévenol d'une trentaine d'années est activement recherché par les gendarmes qui ont déployé d'importants moyens dans cette zone boisée située au flanc du Mont Aigoual.

L'homme, licencié dans un club de tir, était en conflit avec son employeur et manifestait ces derniers temps "un comportement de type paranoïaque", a déclaré le procureur de la République d'Alès, lors d'une conférence de presse sur place.

L'un des employés témoin du crime

Grâce au témoignage direct d'un troisème employé de la scierie qui a assisté à la scène et alerté les gendarmes, François Schneider, procureur de la République d'Alès, a retracé les faits devant la presse ce mardi après-midi :

Vers 8h ce matin, le mis en cause n'a pas salué son patron qui le lui a fait remarquer, mais gentiment. A ce moment-là, il a sorti une arme de poing et a ouvert le feu, le tuant de plusieurs balles dans la tête. Un des employés a tenté de s'interposer, et il lui a aussi tiré dans la tête, le tuant sur le coup.

François Schneider, procureur de la République d'Alès

D'importants moyens de recherche

Le trentenaire est rentré chez lui, aurait récupéré une arme et serait reparti dans la forêt, selon le magistrat.

Près de 200 membres des forces de l'ordre ont été déployés sur place, épaulés par de nombreux moyens terrestres et aériens : équipes cynophiles, hélicoptères, unités spécialisées, renforts de gendarmes mobiles et départementaux.

Les autorités recommandent à tous d'éviter le secteur et de respecter strictement les consignes :

Les habitants confinés

Une cellule de crise est mise en place à la mairie. Le maire de ce village de 260 âmes a demandé à tous les habitants de la commune de rester confinés chez eux, car l'homme est "armé et dangereux"

"Les proches des victimes ont été pris en charge par les pompiers. Par ailleurs, avec l'appui des agents de la mairie, nous avons pu nous assurer que tous les habitants avaient de quoi être confinés chez eux et ne manquaient de rien. Une dizaine d'enfants scolarisés en dehors du village sont pris en charge par leurs encadrants habituels", a précisé à l'AFP la sous-préfère du Vigan, Saadia Tamelikecht.

L'un des six hélicoptères de la Gendarmerie qui survolent la zone pour tenter de repérer le fuyard, dans le secteur des Plantiers, au coeur des Cévennes gardoises.
L'un des six hélicoptères de la Gendarmerie qui survolent la zone pour tenter de repérer le fuyard, dans le secteur des Plantiers, au coeur des Cévennes gardoises. © C.Métairon/FTV

Le patron de la scierie, un père de famille très apprécié

Luc Tessonière, père de famille de 55 ans, était très apprécié dans le village pour ses qualités humaines, selon Olivier Pain, un de ses proches voisins :

"Il avait acheté la scierie très jeune. Il était spécialisé dans le bois de châtaignier, on venait de loin pour lui acheter ses produits" explique cet artisan du cuir joint par téléphone.

Le double meurtre a eu lieu dans cette scierie cévenole, aux Plantiers dans le Gard.
Le double meurtre a eu lieu dans cette scierie cévenole, aux Plantiers dans le Gard. © Google Maps

Le profil du meurtier présumé : "procédurier et paranoïaque"

L'homme en fuite est un cévenol d'une trentaine d'année. Gendre de l'ancien cantonnier, il avait déjà travaillé à la mairie sous l’ancienne municipalité, la collaboration s’était mal passée et son contrat n’avait pas été renouvelé.

Selon le procureur d'Alès, il possède une "personnalité très particulière, très procédurière" et avait depuis "quelque temps un comportement assez inquiétant de type paranoïaque".

Il était aussi "en conflit avec son employeur pour des problèmes d'horaires de travail", a ajouté François Schneider.

Il n'est pas connu de la justice pour des faits de violences mais pour des procédures à l'encontre de la mairie, avec plusieurs plaintes déposées.

Le meurtrier présumé devait prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel pour atteinte à l'intimité de la vie privée après avoir enregistré une audition avec des gendarmes.

Retour sur le drame et la première journée de recherches pour retrouver le tireur dans les Cévennes avec le reportage d'Olivier Brachard et Cédric Métairon pour F3 Languedoc-Roussillon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cévennes faits divers criminalité armée société sécurité violence police